Éducation et francophonie, Revue scientifique virtuelle

Résumé

L'apport de la bande dessinée

Madeleine Gauthier

Éducation et francophonie
Volume XXIV, numéro 1, 1996
La littérature de jeunesse

Résumé - Abstract - Resumen

Résumé

Bien avant de savoir déchiffrer les mots, les enfants apprennent à lire les images : ils reconnaissent les mécanismes et les leviers du déroulement d'une histoire. La bande dessinée fait partie intégrante de leur apprentissage à communiquer; elle pourrait aussi devenir source de savoir... Très peu d'enseignantes et d'enseignants utilisent, en classe, la bande dessinée. On en use rarement lors des apprentissages «officiels», au secondaire. Bien que, de l'aveu même des conceptrices et des concepteurs de programmes, la bande dessinée ne soit pas inscrite «en soi» au programme, on sous­entend que son utilisation dans le but de faciliter l'approche de certaines notions est à encourager. Mais force est de constater que les enseignantes et les enseignants sont très loin d'en reconnaître les mérites : la BD semble être considérée comme une entrave à l'atteinte des objectifs pédagogiques. On ne voit pas quels objectifs pourraient être atteints grâce à la BD et, en général, on avoue ne pas bien connaître les mécanismes de ce langage si particulier. Car, il faut bien l'avouer, enseigner à l'aide de BD présuppose une bonne connaissance du médium, de son langage particulier, afin de faciliter l'intertextualité et, donc, le transfert efficace des notions appréhendées. L'enquête menée par l'auteure révèle que les expériences tentées au secondaire semblent être surtout ponctuelles : activités animées par une dessinatrice ou un dessinateur de BD, exposés et expositions lors de la Semaine du français et, parfois, en classe, exercices grammaticaux portant sur les textes des bulles ou des récitatifs. Il faut aussi noter que le programme de français langue maternelle parle d'apprentissage, à travers la langue, de «valeurs socioculturelles» : les thèmes traités à travers certains albums sont universels et mènent à d'autres lectures, plus «littéraires». Comme le souligne J. Peytard, la culture est affaire «d'apprentissage externe». Si on désire que nos jeunes s'intéressent à d'autres valeurs qu'à celles véhiculées par les bandes dessinées «comiques» américaines ou issues de la culture «manga», il faut présenter en classe, à l'école, d'autres oeuvres, moins accessibles. L'école doit être un lieu de découverte, l'enseignante et l'enseignant se doivent d'être ceux qui ouvrent d'autres voies.

Abstract

The author's survey reveals that experiments carried out in secondary schools are mostly ad hoc: activities presented by a cartoonist, lectures and exhibits during the Semaine du français and, occasionally in the classroom, grammatical exercises on speech bubbles or recitals. It should also be noted that the French program for native speakers looks at learning through language, through "socio-cultural values": the themes that are dealt with in certain albums are universal and lead to other, more "literary," readings. As pointed out by J. Peytard, culture is a matter of "external learning". If we want our young people to take an interest in values other than those conveyed by American "cartoon" publications or those stemming from the "manga" culture, other less accessible work must be presented in schools. The school must be a place of discovery. The teachers must become the ones who take the initiative in this respect.

Resumen

Una encuesta realizada por la autora muestra que las experiencias que se llevan a cabo a nivel de la secundaria parecen extremadamente específicas: actividades animadas por algún dibujante de caricaturas, expuestas durante la Semana del Francés y, a veces, en el salón de clase; ejercicios gramaticales con caricaturas o con textos recitativos. Es necesario señalar que el programa de francés lengua materna supone un aprendizaje, a través de la lengua, de "valores socio culturales"; los temas abordados con frecuencia favorizan la lectura de otras obras, más "literarias". Como lo indica J. Peytar, la cultura es un asunto de "aprendizaje externo". Si deseamos que nuestros jóvenes se interesen a otros valores que a aquellos que vehiculan los comics americanos o que se reclaman de la cultura "manga", es necesario presentar en clase otras obras menos accesibles. La escuela debe ser un lugar propicio al descubrimiento; los maestros y maestras son quienes deben abrir nuevas avenidas.

Recherche
par mots-clés

Éducation et francophonie reçoit l’appui financier de :

logo-bottom-revue.jpg