Éducation et francophonie, Revue scientifique virtuelle

Résumé

L'éducation relative à l'environnement en enseignement des sciences et de la technologie : une contribution pour mieux Vivre ensemble sur Terre

Partick Charland - Université du Québec à Montréal, Québec, Canada
Patrice Potvin - Université du Québec à Montréal, Québec, Canada
Martin Riopel - Université du Québec à Montréal, Québec, Canada

Éducation et francophonie
Volume XXXVII, numéro 2, automne 2009
Vivre ensemble, sur Terre

Résumé - Abstract - Resumen

Résumé

Dans les années soixante, les sociétés du monde entier ont graduellement pris conscience de l’ampleur, de la sévérité et de la complexité des divers problèmes environnementaux qui touchent notre planète. À travers de multiples sommets, congrès et colloques, qui ont donné lieu à de nombreuses déclarations, chartes ou stratégies, le champ de l’éducation relative à l’environnement s’est graduellement constitué. Malgré des intentions et des engagements fermes exprimés par les décideurs politiques et curriculaires, il semble que les initiatives en éducation relative à l’environnement (ERE) se soient plus développées dans les milieux éducatifs non formels ou en contexte informel qu’en milieu scolaire. On constate cependant une tendance récente à
l’intégration d’éléments d’éducation relative à l’environnement dans les curriculums, et particulièrement dans les programmes de sciences du Québec. C’est donc dans cette perspective de l’intégration de l’ERE au sein des programmes de sciences que sera traitée la question du Vivre ensemble sur Terre. En illustrant le propos par l’exemple concret de changements récents apportés au programme de formation de l’école québécoise, notamment au sein d’un programme de Science et technologie, cet article montre comment divers éléments d’ERE peuvent contribuer à enrichir le
sens de leur vie chez les élèves et ainsi construire leurs identités personnelles et sociales. On soutient également que l’intégration d’éléments d’ERE constitue une perspective pouvant contribuer à favoriser la résolution de problèmes socioécologiques et apporter un éclairage particulier à l’action citoyenne. L’article souligne également que des éléments d’ERE intégrés aux cours de sciences peuvent amener les élèves, citoyens, à participer aux affaires de leur société et à contribuer ainsi à influencer les politiques publiques. Enfin, certaines limites à une telle intégration sont présentées.

Abstract

In the 1960s, societies around the world gradually became aware of the scope, severity and complexity of the diverse environmental problems affecting our planet. Despite the intentions and commitments expressed by our political and curricular decision-makers, environmental education (EE) actions seem to take place in informal educational settings, but rarely at the school. However, we notice a tendency to include elements of environmental education in the classroom, particularly as part of Québec’s science programs. The question of “sharing the planet” will therefore be
examined from this perspective. Illustrating the topic with the example of recent changes to the Science and Technology Programin Québec schools, this article shows how a variety of EE elements can contribute to enriching the meaning of students’ lives, thus helping them to build their personal and social identities. The article also demonstrates that integrating EE elements can contribute to resolving socio-ecological problems, with a focus on citizen action. Certain limits to this integration approach are also presented.

Resumen

Durante los años sesenta, las sociedades del mundo entero tomaron gradualmente conciencia de la amplitud, la severidad y la complejidad de los diversos problemas ambientales que afectan a nuestro planeta. A pesar de las intenciones y de los compromisos expresados por los decidores políticos y curriculares, parece que las acciones en educación relativa al entorno ecológico (ERE) se realizaron en losmedios educativos informales pero muy poco en las escuelas. Se constata, sin embargo, una tendencia hacia la integración de elementos de la educación relativa al entorno
ecológico en los medios escolares, sobre todo en los programas de ciencias de Quebec. Es bajo ésta perspectiva que abordaremos la cuestión de «Vivir juntos sobre la Tierra». Ilustrando el discurso con ejemplos concretos de cambios recientes del programa de estudios de Ciencia y Tecnología de la escuela quebequense, éste
artículo muestra cómo diversos elementos de la ERE pueden contribuir al enriquecimiento del sentido de las vidas de los alumnos y así construir sus identidades personales y sociales. El artículo afirma asimismo que la integración de elementos de la
ERE es una perspectiva que puede contribuir a la resolución de problemas socioecológicos y aportar una iluminación particular a la acción ciudadana. Por último, se presentan algunos de los límites de dicha integración.

Recherche
par mots-clés

Éducation et francophonie reçoit l’appui financier de :

logo-bottom-revue.jpg