La construction identitaire
à l'école de langue française

Oser rêver d’une école francophone dont toutes les facettes favorisent la construction identitaire des élèves.

Une réflexion basée tant sur les 8 principes directeurs en construction identitaire que sur le parcours Découvrir-Vivre-Grandir

 

 

Lorsque l'école s'investit pleinement...

L’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) a joué un rôle de chef de file en construction identitaire depuis le début d’un questionnement portant sur le véritable rôle de l’école de langue française. Cette dernière, en plus d’offrir une éducation de haute qualité, doit également assurer la vitalité linguistique et communautaire du français en éveillant chez la jeunesse, dans toute la diversité qu’on lui connaît aujourd’hui, un désir d’engagement citoyen garant de l’avenir.

Plusieurs thèmes essentiels qui s’adressent à des groupes particuliers (le personnel enseignant, les directions d’école, les parents, etc.) ont été abordés dans la collection Comprendre la construction identitaire. Bien que le rôle de chacun quant à la construction identitaire y ait été clairement défini, il manquait une synthèse qui permettra à tout intervenant – oeuvrant de près ou de loin dans un cadre scolaire – de se représenter l’image d’une école qui s’investit pleinement dans la construction de l’identité francophone de la jeunesse actuelle.

 

 

Découvrir  Vivre  Grandir

Ces trois mots traduisent bien l’esprit dans lequel l’ACELF contribue à l’avancement de l’éducation en français. En favorisant les échanges et en outillant les intervenantes et intervenants en éducation francophone, l’ACELF souhaite que les jeunes découvrent leur francité en ayant la chance de vivre pleinement leur identité et de grandir dans une francophonie contemporaine et ouverte.

Puisque toutes les actions de l’ACELF ciblent la jeunesse, cette section vise avant tout à définir la façon dont l’école peut renforcer son action en construction identitaire. Ces trois mots d’ordre – Découvrir Vivre Grandir – servent de toile de fond pour expliquer comment les huit principes directeurs1 en construction identitaire peuvent s’appliquer à un contexte scolaire propice à l’accompagnement des jeunes.

 

Les principes directeurs appliqués à l'école de langue française

Les principes directeurs appliqués à l’école de langue française permettent de se la représenter lorsque celle-ci intègre la construction identitaire dans toutes les sphères de son action, renforçant ainsi la vitalité communautaire.

Pour chaque principe directeur, on découvre l’importance de son énoncé (pourquoi), on explore les façons dont il se vit dans le quotidien scolaire (comment) et finalement, on explique dans quelle mesure l’application de ce principe permet de grandir comme individu et comme communauté (impact).

 

Bien entendu, dans la réalité d’une école, les principes directeurs agissent en complémentarité, et c’est dans l’application à une même réalité d’un plus grand nombre d’entre eux que l’on obtiendra les effets les plus concluants. Les contenus des pages suivantes doivent donc être considérés comme des pistes qui s’ajoutent à d’autres dans la pratique.

 

Les interventions en construction identitaire doivent :

  1. S’inscrire dans la francophonie contemporaine
  2. Miser sur la créativité et l’innovation
  3. Valoriser la diversité
  4. Favoriser l’action concertée de la famille, de la communauté et de l’école
  5. Développer un rapport positif à la langue française
  6. Créer des liens au sein de la francophonie
  7. Encourager la mobilisation
  8. Viser des effets durables

 

L'aventure...

 

L’aventure de la construction identitaire en est une de découvertes et d’expérimentations diverses. Depuis la création d’une définition de la construction identitaire par l’ACELF en 2006, plusieurs documents ont, par la suite, approfondi la réflexion sur divers aspects de ce concept. Avant cette période et encore aujourd’hui, l’école de langue française reste au coeur de la vitalité et de la pérennité des communautés et c’est la conscientiaction2 citoyenne des jeunes qui en est garante.

 

Les principes directeurs qui inspirent les projets de l’ACELF sont devenus un canevas qui encadre toute action intentionnelle dans sa démarche éducative et communautaire. Nous souhaitons que les descriptions présentées permettent aux intervenantes et aux intervenants du système d’éducation de langue française et à leurs partenaires communautaires de bien comprendre l’importance d’une démarche autonomisante3 et dynamisante.


L’ACELF poursuit ses efforts pour assurer une éducation de qualité à tous les élèves francophones du Canada. En détaillant ainsi les huit principes qui guident une construction identitaire efficace, nous espérons ajouter un autre jalon qui nous mènera à un engagement citoyen véritable pour les générations actuelles et futures.

 

Des principes reconnus partout au Canada

Les huit principes directeurs en construction identitaire constituent un point de repère à la publication de nombreux documents visant à décrire les meilleurs moyens d'intervention auprès des élèves des écoles de langue française. Ces 8 principes ont été repris intégralement dans le Plan stratégique en éducation de langue française (PSELF) où ils apparaissent sous le terme « indicateurs de pertinence ». Ce plan est le fruit de la collaboration de leaders en éducation francophone du Canada.4

1 Pour en apprendre davantage sur les principes directeurs, consultez le fascicule no 4 de la série Comprendre la construction identitaire.

2Ce néologisme a été introduit par la Pédagogie à l'école de langue française (PELF) pour faire valoir qu’au-delà de la conscientisation, il faut aussi miser sur l’importance d’agir.
3Pour approfondir ce concept, consultez le numéro de l'automne 2002 de la revue Éducation et francophonie, intitulé « Pour une pleine réalisation du potentiel humain : la pédagogie actualisante »
4Le comité responsable du PESLF regroupe des personnes représentant les ministères de l'Éducation des provinces et territoires, les milieux scolaires et communautaires ainsi que divers ministères fédéraux, notamment le ministère du Patrimoine canadien.