Salle de presse

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

L’expérience de 3 Québécoises dans une école francophone du Manitoba

QUÉBEC, le 7 mai 2012 – Le vendredi 11 mai, Lyne, Lysanne et Caroline, trois étudiantes respectivement originaires de Lotbinière, Saint-Rédempteur et Saint-Jean-Port-Joli, reviendront au Québec après avoir fait un stage en enseignement de 9 semaines dans une école francophone du Manitoba.

C’est la tête et le cœur remplis d’idées nouvelles et de souvenirs inoubliables qu’elles terminent leur expérience vécue grâce au programme de Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF). « Après huit semaines, je retourne au Québec avec un bagage culturel incroyable et une manière différente de voir l’enseignement », confirme Lyne. « Je souhaite ardemment avoir la chance de revenir dans cette belle province un jour », affirme Lysanne de son côté, avant d’ajouter : « Qui sait ? Peut-être que ce sera pour travailler dans une des écoles francophones au Manitoba! »

Et de quoi sont faits leurs souvenirs inoubliables? D’abord, de l’accueil chaleureux qu’elles ont reçu dès leur arrivée dans la communauté francophone de Saint-Jean-Baptiste. « J’ai vite compris à quel point les gens étaient chaleureux et attachants, souligne Caroline. Malgré le fait que j’étais nouvelle, je me suis sentie totalement intégrée à leur groupe et à la culture du milieu. » Caroline a aussi remarqué l’entraide qui règne entre tous les membres de la communauté. « Il n’est pas rare de voir un élève de douzième année s’occuper d’une élève de maternelle, ou de voir des mamans ou des papas dans les classes afin d’aider les enseignants, ou encore de voir une enseignante téléphoner à la maison pour prendre des nouvelles d’un enfant hors contexte scolaire », explique-t-elle.

Les stagiaires se sont aussi dites impressionnées par la détermination et le dévouement du personnel de l’école ainsi que de l’ensemble de la population locale. Pour Lysanne, ce qui l’a le plus marquée, c’est « la volonté des personnes à ce que la langue française persiste sur plusieurs générations, et la fierté qu’ils ont d’être francophones ». Pareillement, Caroline dit avoir observé « la force identitaire qui règne dans l’école et le vouloir des gens de continuer à avoir une éducation en français ». Et pour atteindre ces objectifs, ont constaté les stagiaires, le personnel de l’école investit temps, énergie et passion. « Des projets extraordinaires sont mis en œuvre afin que les élèves aient du plaisir à vivre ensemble en français, poursuit Caroline. Les enseignants font un travail exemplaire afin de promouvoir le français dans toutes les sphères d’apprentissage possibles, à savoir, autant en cours de français qu’en cours d’arts plastiques. »

En ce qui concerne la formation et le soutien professionnel, les étudiantes disent avoir retiré énormément de leur stage. « Ce programme m’a permis de vivre une expérience hors du commun et enrichissante, affirme Lyne. Ma présence dans une province préconisant un programme scolaire différent de celui du Québec m’aura permis de développer différentes stratégies d’enseignement, mais aussi de voir l’enseignement sous un autre angle. » Et la qualité des relations tissées avec les gens sur place a eu un impact très positif dans leur appréciation de l’expérience, tel que le souligne Lysanne : « Ce stage n’aurait pas été aussi formateur sans la collaboration et l’appui de mon enseignante associée. Chaque fois que je lui présentais une idée, elle était là pour m’appuyer dans mes démarches et s’assurer que celle-ci fonctionnerait. »

Le programme de stages de l’ACELF offre aux étudiants qui y participent l’occasion d’élargir leurs horizons professionnels en s’initiant à la construction identitaire francophone, objectif au cœur de l’éducation offerte dans les écoles des communautés francophones. Pour le personnel d’une telle école, cela veut dire amener les élèves non seulement à apprendre en français, mais aussi à développer leur sentiment d’appartenance à la francophonie.

On peut lire les témoignages complets des trois stagiaires à l’adresse suivante : http://www.acelf.ca/stages-enseignement/stagiaires.php

Les Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’ACELF reçoivent un appui financier majeur du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du gouvernement du Québec. Ils sont réalisés en partenariat avec la Division scolaire franco-manitobaine, la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta, le Secrétariat francophone de l’Alberta, le Conseil des écoles fransaskoises, le ministère de l’Apprentissage de la Saskatchewan, la Commission scolaire francophone du Yukon, le Conseil de district des écoles catholiques du Sud-Ouest de l’Ontario, le ministère de l’Éducation de l’Ontario, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, l’Université Laval, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université de Sherbrooke, l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Chicoutimi et l’Université du Québec en Outaouais.

Par la réflexion et l’action de son réseau pancanadien, l’Association canadienne d’éducation de langue française exerce son leadership en éducation pour renforcer la vitalité des communautés francophones.

- 30 -

Source :
Annie Côté
Agente de relations publiques

Information:
Caroline Jean
Coordonnatrice des stages