Salle de presse

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Cinq étudiants québécois de retour d'un stage en français dans l'Ouest

QUÉBEC, le 15 décembre 2014 – Le 19 décembre prochain, des étudiants en enseignement de l’Université de Sherbrooke reviendront au Québec après avoir passé six semaines dans des écoles francophones de l’Ouest dans le cadre d’un stage crédité. Ces étudiants sont originaires de St-Eugène-de-Guigues, de Magog, de Drummondville, de Thetford Mines et de Saint-Jean-sur-Richelieu.
 
C’est grâce au programme de Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) que ces étudiants ont pu vivre une expérience unique qui les a enrichis tant du point de vue professionnel que personnel. Deux de ces étudiants ont séjourné au Yukon, Amélie Robert et Isabelle Rioux, deux ont demeuré en Saskatchewan, Charles Bourgeois et Nancy Breton alors qu’Émilie Prud’homme-Allard s’est rendue en Colombie-Britannique.
 
Commentaires des stagiaires sur leur expérience
Ce stage a permis à Isabelle Rioux, originaire de Magog, de faire le point sur ce qu’elle recherche, une école semblable à l’école Émilie-Tremblay. Isabelle a bien saisi comment l’école mise sur des activités variées en français qui contribuent à développer un rapport positif à la langue. « L’école mise sur les voyages scolaires, les sorties pour faire vivre aux élèves des apprentissages ancrés dans la réalité. De plus, c’est une façon habile de faire connaître la francophonie à travers le Canada. C’est par ces expériences riches qu’ils parviennent à se forger une identité culturelle et personnelle en harmonie avec ce qu’ils sont. »
 
De son côté, Amélie Robert, originaire de St-Eugène-de-Guigues, a fait un constat similaire. Selon elle, « une grande partie des élèves rencontrés ont déjà développé, malgré leur jeune âge, une identité francophone forte ». Ce passage à l’école Émilie-Tremblay a donné le goût à Amélie d’enseigner de nouveau dans une communauté francophone. « Une expérience comme celle-ci vaut vraiment la peine d’être vécue! », commente Amélie.
 
Résidant à Thetford Mines, Nancy Breton considère « que ce stage lui a apporté beaucoup d’ouverture face à la situation du français ailleurs au Canada ». Il lui a ouvert les yeux sur une réalité francophone qu’elle ne connaissait pas du tout. « J’ai adoré mon expérience, qui m’a permis de découvrir tellement de choses, autant au niveau scolaire (cursus scolaire différent, mais mettant un accent très net sur l’importance du français) que communautaire (vitalité du français dans l’Ouest canadien) », ajoute-t-elle.
 
Quant à Charles Bourgeois de Drummondville, il s’est dit impressionné de l’engagement du personnel enseignant dans la réussite de leurs élèves. « Comme au Québec, l’enseignant vise à ce que ses élèves maîtrisent le français sur les plans de la communication orale, de la lecture et de l’écriture », nous dit Charles. « En Saskatchewan, ces apprentissages s’inscrivent dans un cadre plus vaste, la culture et l’identité ». À cet égard, Charles a constaté que « la communauté fransaskoise accorde énormément d’importance à la vitalité de sa culture, une culture pouvant être noyée dans l’océan anglophone si les gens ne font pas valoir leurs droits. L'apprentissage de la langue se déroule donc dans des contextes culturels authentiques et signifiants pour les élèves. Dans une optique de préservation de la langue française, le développement d'une communauté unie prend tout son sens », conclut-il.
 
« J’ai la chance de discuter avec l’enseignant chez qui j’habite presque tous les soirs sur nos journées, sur les écoles de la Colombie-Britannique, sur les habitudes des gens et sur nos expériences vécues. Je crois que ces conversations apportent beaucoup à mon expérience puisqu’elles enrichissent mes connaissances sur les élèves, leur famille, les enseignants et sur la communauté francophone de cette merveilleuse province canadienne », commente Émilie Prud’homme-Allard de St-Jean-sur-Richelieu.
 
Autres témoignages des stagiaires ou informations sur le programme :
http://www.acelf.ca/stages-enseignement/stagiaires.php
 
Les Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’ACELF reçoivent un appui financier majeur du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du gouvernement du Québec. Ils sont réalisés en partenariat avec la Division scolaire franco-manitobaine, la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta, le Secrétariat francophone de l’Alberta, le Conseil des écoles fransaskoises, le ministère de l’Éducation de la Saskatchewan, la Commission scolaire francophone du Yukon, le Conseil scolaire catholique Providence de l’Ontario, le ministère de l’Éducation de l’Ontario, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université de Sherbrooke, l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Chicoutimi et l’Université du Québec en Outaouais.
 
Par la réflexion et l’action de son réseau pancanadien, l’Association canadienne d’éducation de langue française exerce son leadership en éducation pour renforcer la vitalité des communautés francophones.

- 30 -

Source :
Maude Lafleur
Agente de relations publiques
lafleur@acelf.ca
Tél. : 418 681-4661