Salle de presse

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

7 étudiantes québécoises de retour d’un stage en français dans l’Ouest

QUÉBEC, le 8 juin 2015 – Le 12 juin prochain, 7 étudiantes en adaptation scolaire de l’Université du Québec à Rimouski reviendront au Québec après avoir passé 8 semaines dans des écoles francophones de l’Ouest dans le cadre d’un stage crédité.


Ces étudiantes sont : Marie-Pier Boulé (Plessisville), Sabrina Bourque, (Îles-de-la-Madeleine), Marie-Ève Michaud (Rimouski), Léïla Roy-Châtigny (Saint-Isidore), Marie-Corinne Cyr (Caplan) et Claudianne Leblanc et Audrey Rioux, toutes deux venant de la ville de Québec.


C’est grâce au programme de Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) que ces étudiantes ont pu vivre une expérience unique qui les a enrichies tant du point de vue professionnel que personnel. Marie-Corinne Cyr et Léïla Roy-Châtigny ont séjourné en Colombie-Britannique, Sabrina Bourque, Marie-Ève Michaud et Audrey Rioux ont demeuré en Alberta, Marie-Pier Boulé et Claudianne Leblanc ont réalisé le stage au Manitoba.


 


Commentaires des stagiaires sur leur expérience


« Je crois que même si l’on m’en parlait au Québec, je ne pouvais pas comprendre la réalité des communautés francophones du Manitoba », mentionne Marie-Pier Boulé. « J’ai fait énormément de  belles découvertes qui, sincèrement, m’ont enthousiasmée davantage quant à la profession enseignante », nous dit Marie-Pier.


Audrey Rioux nous a confié être très émue à la pensée de quitter bientôt ses élèves, le personnel enseignant et une communauté qu’elle qualifie comme hors du commun. « Il s’est avéré que ce stage n’en fût pas juste un d’enseignement, mais aussi un stage de découvertes. Il va sans dire que les apprentissages que j’y ai réalisés dépassent largement mes attentes », nous dit-elle. Elle précise que « parfois ce sont des apprentissages difficiles à expliquer, car ils constituent en de petits changements personnels par rapport à qui je suis, par rapport à ma vision de l’enseignement et à la façon dont je me définis en tant qu’enseignante », explique Audrey.


Claudianne Leblanc a été impressionnée de l’entraide et de l’attachement pour leur école de la part des membres du personnel de l’école communautaire Aurèle-Lemoine. « L’équipe-école où je fais mon stage se considère comme une famille. Les enseignants s’entraident énormément entre eux, et ce, même lorsque quelqu’un est déjà très occupé par son travail. Je trouve cela remarquable! », commente Claudianne.


Quant à Marie-Ève Michaud, voici le souvenir qu’elle conservera du personnel de l’école La Prairie : « des véritables passionnés qui s’investissent corps et âme dans leur profession pour maintenir une harmonie afin de favoriser le développement personnel et scolaire de tous les élèves ».


Ce stage aura permis à Sabrina Bourque de se faire une meilleure idée de la situation des écoles francophones en milieu minoritaire. « Je pense réellement que la langue française est une priorité pour plus de personnes que l’on peut penser », affirme Sabrina. Ce fut pour elle aussi l’occasion de développer sa fierté d’être francophone.


Marie-Corinne Cyr avoue avoir eu quelques appréhensions au début du stage. Alors que le stage s’achève, Marie-Corinne a pris conscience que « les différences qui me troublaient au début sont précieuses. En réalité, elles m’ont permis d’apprendre davantage. Pour la première fois, j’ai eu la chance de travailler dans une classe régulière où on valorise l’intégration des jeunes avec des difficultés », commente-t-elle.


Quant à Léïla Roy-Châtigny, elle a été impressionnée par la passion et la détermination de chacun des membres du personnel enseignant dans le but de favoriser la maîtrise de la langue française et la réussite scolaire des jeunes. « Ils travaillent en collaboration et se consultent fréquemment afin d’offrir un enseignement de meilleure qualité », nous dit-elle. Dès la deuxième semaine de son stage, son enseignante associée lui a donné les outils nécessaires pour qu’elle planifie elle-même des séances d’apprentissage adaptées à chaque élève.


Autres témoignages des stagiaires ou informations sur le programme :
http://www.acelf.ca/stages-enseignement/stagiaires.php


Les Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’ACELF reçoivent un appui financier majeur du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du gouvernement du Québec. Ils sont réalisés en partenariat avec la Division scolaire franco-manitobaine, la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta, le Secrétariat francophone de l’Alberta, le Conseil des écoles fransaskoises, le ministère de l’Éducation de la Saskatchewan, la Commission scolaire francophone du Yukon, le Conseil scolaire catholique Providence de l’Ontario, le ministère de l’Éducation de l’Ontario, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université de Sherbrooke, l’Université du Québec à Montréal et l’Université du Québec à Chicoutimi.


Par la réflexion et l’action de son réseau pancanadien, l’Association canadienne d’éducation de langue française exerce son leadership en éducation pour renforcer la vitalité des communautés francophones.

- 30 -

Source :
Annie Côté, agente de relations publiques
cote@acelf.ca 

Information sur le programme : Caroline Jean, coordonnatrice des stages
jean@acelf.ca

Tél. : 418 681-4661