Salle de presse

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Bourses du SAIC pour des stages en francophonie canadienne - 10 étudiantes de l’UQAR charmées par la francophonie canadienne

QUÉBEC, le 13 juin 2016 – Le 17 juin prochain, 10 étudiantes auront terminé un stage crédité effectué dans une école de langue française d’une communauté de l’Ouest canadien. Ces étudiantes termineront un séjour de huit ou dix semaines en Colombie-Britannique, au Manitoba, en Ontario ou au Yukon. Ces 10 étudiantes comptent parmi les récipiendaires des 15 bourses du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du Québec (SAIC) pour des stages en francophonie canadienne. Le SAIC a remis un total de 4 500 $ en bourses en 2015-2016 en plus de contribuer au financement du programme.


Ces étudiantes sont inscrites au baccalauréat en adaptation scolaire de l’Université du Québec à Rimouski, campus de Lévis. Ces stages s’inscrivent dans le cadre du programme de Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’ACELF, en partenariat avec le SAIC et l’Université du Québec à Rimouski.


Commentaires des stagiaires sur leur expérience


Pour Élizabeth Ménard (originaire de Victoriaville) et d’Anabelle Fillion (de la Beauce), leur stage s’est déroulé en Colombie-Britannique.


« J’ai eu un stage au-delà de mes attentes!, s’est exclamé Anabelle Fillion. Je veux valoriser le français et la fierté d’être francophone ».


« J’ai accompagné les élèves de 8e année à une compétition (entre écoles francophones et anglophones) et j’ai entendu un élève qui disait à son ami qu’ils étaient probablement les seuls à parler, à la fois, très bien français et anglais et que cela était génial » partage, Élizabeth Ménard.


Le Manitoba a accueili Rachel Porter-Houde et Alexandra Tremblay (toutes deux de Québec), Océanne Dostie (de St-Joseph-de-Beauce) et Annabelle Lambert (de Lévis).


Rachel Porter-Houde retient notamment l’esprit de solidarité très présent au sein de la communauté de Saint-Laurent (Manitoba) et l’attachement des élèves pour le personnel enseignant. Rachel nous a confié : « Cet attachement enseignant-élève me plaît. D’ailleurs, nous apprenons très vite à l’université que le lien entre un enseignant et ses élèves est primordial pour l’engagement et la réussite scolaire. »


Le directeur de l’école Christine-Lespérance, Rémi Lemoine, a souligné le professionnalisme des stagiaires qu’il a reçues à son école, Alexandra et Annabelle. « Nous sommes choyés d’avoir deux stagiaires aussi engagées et nous croyons qu’elles sortiront grandies de leurs expériences et sauront transmettre des pratiques pédagogiques gagnantes », a dit M. Lemoine.


« Pour ma part, j’ai rencontré des gens qui ont tous contribué, chacun à leur manière, à ce que je devienne une enseignante plus accomplie et consciente de l’importance de la préservation de notre belle langue » nous a indiqué Océanne Dostie.


Sandrine Proulx (résidant à Lévis) et Carolane Fortier (de Québec) ont séjourné à Whitehorse au Yukon.


Les élèves de 7e année de Sandrine Proulx ont compris que c’est en se serrant les coudes qu’on devient plus influents et confiants. « Cet état d’esprit que propage le personnel scolaire influence, selon moi, les élèves, les parents et toute la communauté à s’identifier à la langue française et à la faire valoir », commente Sandrine Proulx. Ce stage contribue à bien ancrer l’importance du français comme valeur chez les stagiaires.


L’Ontario a accueilli Marie-Andrée Tourville et Maryse Bellavance (toutes deux de Québec).


« Ces stagiaires ont été excellentes! », a affirmé le directeur de l’école Saint-Michel, Richard Swed, qui a accueilli Marie-Andrée et Maryse. Elles m'ont invité dans la classe pour observer une leçon et laissez-moi vous dire que leurs leçons étaient exemplaires!  Elles étaient très bien préparées et ont démontré un professionnalisme de niveau supérieur ».


« J’ai pu constater que les élèves prennent plaisir à apprendre le français et commencent à développer un certain sentiment d’appartenance envers cette langue. Je prends conscience de l’importance d’être un modèle pour les élèves, l’importance du choix des mots, la passion et la fierté que nous avons lorsqu’on s’exprime avec la langue française », a partagé Maryse Bellavance.


Autres témoignages des stagiaires ou informations sur le programme :


http://www.acelf.ca/stages-enseignement/stagiaires.php


Les Stages en enseignement dans les communautés francophones de l’ACELF reçoivent un appui financier majeur du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du gouvernement du Québec. Ils sont réalisés en partenariat avec la Division scolaire franco-manitobaine, la Commission scolaire francophone du Yukon, le Conseil scolaire catholique Providence de l’Ontario, le ministère de l’Éducation de l’Ontario, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université de Sherbrooke, l’Université du Québec à Montréal et l’Université du Québec à Chicoutimi.


Par la réflexion et l’action de son réseau pancanadien, l’Association canadienne d’éducation de langue française exerce son leadership en éducation pour renforcer la vitalité des communautés francophones.

- 30 -

Source :

Annie Côté
Agente de relation publiques
cote@acelf.ca
Tél. : 418 681-4661

Information sur le programme
Caroline Jean
Coordonnatrice des stages
jean@acelf.ca
Tél. : 418 681-4661