Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives
Introduction Développement 1 Développement 2 Conclusion et titre

Nadine Mackenzie
Ouest et territoires
Auteure

École des Sentiers
Orléans, Ontario
5e année

École Cardinal-Léger
Kitchener, Ontario
6e année

École Paul-Le Jeune
St-Tite, Québec
Secondaire 4


Le collier d'Ogopogo

Ce soir-là, à la table du dîner, Pierre était non seulement silencieux, mais un peu pâle. Sa mère, Sonia, lui servit des légumes dans son assiette et remarqua :

- Ça ne va pas?

- Non, répliqua Pierre, cet après-midi, avec mes amis, Laurent et Michel, nous faisions une promenade en bicyclette près du lac, comme tous les jours. Nous avons vu un monstre. Je crois que c'était Ogopogo!

Il y a, paraît-il, en Colombie-Britannique, dans le lac Okanagan, un monstre appelé Ogopogo qui y habite depuis très longtemps. Beaucoup de gens disent l'avoir vu.

- Voyons, dit Sonia en riant, les monstres n'existent pas!

- La moitié de la population canadienne croit aux monstres, déclara Claude, le papa de Pierre, en s'essuyant la bouche. Depuis des siècles, on raconte qu'il y a des monstres dans beaucoup de lacs et de fleuves à travers tout le Canada.

- Ce monstre, de quoi avait-il l'air? Il était gros et grand?, questionna Henri, le jeune frère de Pierre, très intéressé. Il était menaçant? Il faisait du bruit? Il était silencieux? Il était sorti de l'eau? Il était...

Pierre l'interrompit de la main. Il ne pouvait pas manger et semblait mal à l'aise :

- Il avait l'air d'un énorme serpent, avec de petites oreilles. Il était long, gros et tout vert. Sa queue frappait très fort la surface de l'eau. Il nous regardait fixement. Laurent a eu si peur qu'il ne pouvait plus parler. Michel et moi sommes tombés de bicyclette et...

- Oh! C'est bien Ogopogo, fit Henri avec enthousiasme. Il peut être gentil ou très méchant. J'ai lu des tas d'histoires sur lui.

- La prochaine fois que vous le voyez, ignorez-le, dit Maman.

- Non, non, s'exclama Henri, Ogopogo déteste qu'on l'ignore. Il faut lui parler et lui demander ce qu'il veut. Mais s'il est de mauvaise humeur, il faut faire très, très attention.

Pierre réfléchissait très fort sur ce qu'il allait faire. Le lendemain, alors que les trois garçons se rencontraient à l'endroit habituel, il leur annonça...

- J'aimerais mieux connaître Ogopogo. Si on allait à la bibliothèque afin de trouver de l'information qui pourrait nous aider?

Ses deux amis voulaient aussi en apprendre davantage. Les trois garçons se rendirent donc à la bibliothèque. Ils cherchèrent des livres sur le monstre Ogopogo. Malheureusement, le seul livre qui aurait pu les aider était introuvable.

Les trois garçons étaient découragés et fatigués après deux longues heures de recherche. Tellement fatigués que Pierre trébucha sur ses lacets et s'étendit de tout son long. Il vit, sous l'étagère près de laquelle il était tombé, un livre recouvert de poussière. Curieux, Pierre décida de le prendre.

- Les gars, vous ne devinerez pas quoi?

- Qu'as-tu trouvé, Pierre?, demanda Laurent avec intérêt.

- Ça y est, j'ai le livre que nous cherchons!

Les trois garçons s'installèrent pour lire le livre. À leur grande déception, ils apprirent que le monstre Ogopogo était une créature inventée, faisant plus partie du mythe que de la réalité.

En tournant la dernière page, un collier doré tomba et atterrit sur les pieds de Pierre. Un miroir était accroché au collier. Fiers de leur découverte, les trois aventuriers quittèrent la bibliothèque avec empressement, le livre au fond du sac à dos de Pierre et le collier à son cou.

Pierre et ses amis avaient confiance de trouver Ogopogo. Plus ils s'approchaient du lac, plus le collier brillait. Une fois arrivés au lac, ils virent l'image d'Ogopogo apparaître dans le miroir. Les trois garçons s'aperçurent que…

Ogopogo venait vers eux. Ses yeux jaunes et étincelants et ses écailles vertes brillaient. Aussi, sa queue frappait vivement l'eau et les trois amis restaient là, bouche bée, plein de stupeur.

Ogopogo s'approchait de plus en plus. Les amis Pierre, Michel et Laurent se collaient les uns contre les autres. Enfin, Ogopogo s'arrêta en avant des amis. Le collier autour du cou de Pierre brillait comme de l'or et dans le petit miroir, ils virent qu'Ogopogo ouvrait grand sa bouche prêt à les dévorer tous crus! Mais à leur grande surprise Ogopogo a dit : « Bonjour. Je me présente, je suis Ogopogo. Je suis ravi de vous rencontrer ». Toujours pas de réponse, Ogopogo demande : « Allô, qu'avez-vous? Avez-vous donné votre langue au chat? »

À ce moment, le brave Pierre dit : « Non, c'est seulement que nous pensions que tu allais nous manger ». « Bien non, leur répond Ogopogo. Qui vous a donné cette idée-là? »

Pierre allait répondre mais...

… il fut aveuglé par une vive lumière qui émanait surement du collier. Lorsque la lumière se dissipa, Ogopogo n'était plus là. Les trois amis restèrent bouche bée.

« Comment Ogopogo avait-il pu disparaitre sans aucun bruit? », se demanda Pierre en se grattant le menton.

Laurent regarda attentivement le collier. Il vit que sur le miroir, l'image d'Ogopogo avait, elle aussi, disparue. Après cet incident, on put apercevoir sur le lac, l'image d’Ogopogo qui, après un certain moment, s'estompa dans une vive lumière.

Après ce moment, plus personne n'entendit parler de la créature du lac. Mais Pierre pouvait encore la voir, car il avait conservé le collier qui renfermait auparavant l'image d'Ogopogo.

 

 

Imprimer la version PDF >>