Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives - Volet Primaire et secondaire
Introduction Suite et titre

Laurence Aurélie
Québec
Auteure

École secondaire publique Gisèle-Lalonde
Orléans, Ontario
7e année

La jalousie

 

INTRODUCTION

 

Sasha attache ses espadrilles. Des souliers tout neufs, jamais portés en dehors du gymnase. La journée s’annonce particulièrement intense alors que le bus scolaire tourne dans l’entrée du camp d’hébertisme. C'est le genre d'activité que déteste Sasha, mais étudier l'ennuierait davantage. Des épreuves physiques en nature, ça passe encore, mais une difficulté s’ajoute : les élèves de sa classe seront mis en équipe avec ceux de l’école anglophone voisine. En plus d'affronter sa peur des hauteurs, Sasha devra parler en anglais à une personne qui rira sans doute de son accent.

— Sasha, tu seras avec Charlie.

Malaise supplémentaire : Charlie est à tomber par terre tellement il est beau! Anglais et plein air… avec Charlie? L’humiliation guette Sasha. En tout cas, la nervosité vient de saisir son corps de plein fouet.

Avant de partir, on écoute attentivement les consignes de sécurité. Sasha a du mal à se concentrer. Les battements de son cœur enterrent les instructions du moniteur. De l’autre côté, on transmet les explications au groupe anglophone. Sasha n’a d’yeux que pour Charlie.

Pour anéantir toute chance qu’aurait Sasha de s’en sortir avec dignité, voilà qu’Alex tente un rapprochement avec Charlie. Alex aux iris perçants, cheveux blonds, dents droites et silhouette parfaite. Alex dont tout le monde veut être l’ami. Alex qui aime rabaisser Sasha en public. Alex que Sasha déteste et qui le lui rend bien. Charlie et Alex. Quelle horreur! Impossible de réagir pour le moment, Sasha est trop loin.

Le discours d'information est terminé. Charlie se dégage d’Alex et arrive avec une confiance désarmante. Une mèche glisse sur son front.

— Sasha? On est ensemble.

Son accent est a-do-ra-ble.

— Oui, c’est… oups! Yes, it’s me.

Les genoux de Sasha tremblent. Sa voix est chevrotante. Un sourire niais fend son visage. Les équipes se placent rapidement en rang. Sasha a les yeux soudés sur ses chaussures. Les mots se coincent dans sa gorge et tout geste paraît inapproprié.

Les premiers élèves commencent à grimper dans la structure. Sasha souhaite que cette attente dure toujours! Sur sa liste de choses à faire, on pourrait lire « manger des vers de terre marinés dans la boue » longtemps avant « hébertisme ».

Charlie se penche vers Sasha :

— Do you… hem… Aimes-tu vraiment cette activité, toi?

L'expression faciale de Charlie semble aussi tendue que la sienne.

— Not at all!

Sasha pousse un soupir de soulagement.

Ce sera bientôt à leur tour de s’engager sur la piste suspendue dans les arbres.

Sasha se rassure : avec son harnais, impossible de se casser la figure. Et puis, on lui a souvent répété que le ridicule ne tue pas.

Le sol est si loin sous la passerelle... Ça lui donne le vertige, mais tôt ou tard il faudra bien se lancer.

En cachant ses genoux qui tremblent, Sasha commence son périple. Charlie suit à une distance raisonnable.

Au bout de quelques minutes, Alex, qui a habilement réussi à se faufiler à leur suite, se met à tenter d’impressionner Charlie.

— Look, Charlie, it’s not that difficult! I will try without the hands.
— Attention, Alex! You could… tu peux tomber!

Sasha n’a pas l’intention de prendre de gros risques, mais il faut empêcher de laisser gagner Alex, qui, évidemment, se déplace avec beaucoup plus d’aisance que tout le monde. Heureusement, Charlie fixe la plate-forme au bout du parcours sans arrêt. Alex n’arrive donc pas à capter son regard même en usant de tous les moyens possibles pour y parvenir.

Ce sera un sacré coup de chance si Sasha finit la journée sans se tordre le cou et sans qu’Alex l’humilie définitivement. Il est inutile d’espérer charmer Charlie en plus. Surtout avec ce terrible accent. À son grand bonheur, Sasha a tout de même soutiré un éclat de rire à Charlie.

Tout se passe plutôt bien, finalement. Jusqu’à cet obstacle où il faut marcher sur le fil de fer en prenant appui sur une seule corde placée au niveau des épaules… Sasha sent qu’un sentiment de force et de courage lui a poussé depuis ce « signe » de Charlie. Cette assurance nouvelle l’amène à tenter d’impressionner Charlie à son tour. Sasha décide de franchir l’étape sans se tenir. N’importe quoi pour que Charlie la préfère à Alex.

 

SUITE DE L’HISTOIRE


Au second obstacle, Sasha essaie de faire trois sauts sur le trampoline pour impressionner Charlie. Sasha était vraiment stressée, elle avait peur de tomber et de se faire une fois de plus rabaisser par Alex.
Au troisième saut, Sacha atterrit sur ses pieds et tout le monde l'applaudit. Après s'être mise sur le côté, Alex s'approche et vient lui parler :


- Tes flips n'étaient pas réussis, s'exclame Alex.
- Stop it!...hum, arrête d'être méchante! dit Charlie.
- Je m'en fiche! dit Sasha. Tu es juste jalouse de moi, chuchote Sasha en quittant la salle.


Charlie est déçu de ce qu'Alex a dit à Sasha car il ne pensait pas qu'elle était si négative. Charlie a eu une idée de rendre Alex jalouse parce que personne n'aimait Sasha, mais pour lui, elle était différente. Tout le monde était gêné d'être avec elle parce qu'elle était embarrassante. Sasha ne recevait pas beaucoup d'amour des autres parce qu'elle n'était pas la plus belle, mais Charlie la trouvait quand même spéciale.


Charlie avait un plan très malicieux pour rendre Alex jalouse. Il a donc décidé de faire semblant d'être en couple avec Sasha. À la fin du second obstacle, c'était le temps du dîner. Sasha et Charlie commencent le plan. Les deux se tenaient la main à chaque fois qu'ils voyaient Alex passer. Charlie voulait faire n'importe quoi pour rendre Alex jalouse.


La première partie de son plan avait très bien fonctionné. Au dîner, Alex ne pouvait pas arrêter de regarder la main de Charlie qui frottait la main de Sasha. Elle était tellement fâchée et ne voulait plus regarder. Charlie regarda Alex avec un sourire épeurant et dit à Sasha de passer à sa deuxième idée. Ensuite, Charlie expliqua l'idée numéro deux.
En marchant au troisième obstacle, Charlie avait besoin de faire quelque chose qu'il n'aurait jamais pensé faire : donner un baiser à Sasha. Il s’assura qu'Alex le regardait et se pencha vers la joue de Sasha pour lui donner un bec. Alex vit le bec et se mit à crier :


- Mais pourquoi?


Au dernier obstacle, Alex, Sasha et Charlie devaient traverser un labyrinthe tout noir. Sasha entra avec Charlie. Au début du labyrinthe, on voyait clairement, jusqu'à ce que le premier mur disparaisse. C'était rendu tout noir.
Charlie et Sasha étaient contre Alex et son nouveau partenaire. Ils avaient besoin de trouver la fin du labyrinthe en premier pour avoir une chance de gagner un voyage au Mexique et pour rendre Alex très fâchée. Le compte pour commencer débute. « Trois, deux, un! » Sasha perd sa concentration et regarde ses nouveaux souliers. « Partez! » L'équipe d'Alex part en vitesse.


-Yack, la boue! Mes souliers vont être vraiment sales! Il n'est pas question que j'aille là-dedans! dit Sasha.
- Can you stop? Emm...On aura chacun une chance de gagner un voyage au Mexique, dit Charlie en se dépêchant.
Sasha toute frustrée court avec Charlie.
- Il fait tout noir et je ne peux plus voir! se plaint Sasha.
- I can’t see Alex! Hmm... Nous les avons perdus, crie Charlie.
- Shhhh! Arrête. Ils sont peut-être proches de la fin, mais on pourrait les entendre et suivre leurs sons! chuchote Sasha.
- Ok allons-y! dit Charlie.


L'équipe de Sasha a finalement trouvé l'équipe adverse. Donc ils se tiennent la main, courent en vitesse et décident de passer sans qu'ils ne les remarquent.


- Je pense qu'ils sont perdus, rigole Charlie.
Les deux enfants voient la fin. En courant à la fin du labyrinthe, Sasha trébuche sur un morceau de branche caché et se tord la cheville.
- Aieee! crie Sasha.
- Hahahahaha! Maintenant, vous n'avez aucune chance de gagner! crie méchamment Alex en les dépassant.


Charlie aide Sasha à se relever.


- Mets ton bras sur mon épaule, je vais t'aider à te relever!


Sasha suit les pas de Charlie et se rend au début où ils ont commencé. Charlie trouve de l'aide et Sasha se rend à l'hôpital sans risque. L'équipe adverse prend la première place et sort du labyrinthe. Ils ont gagné.


- Je m'excuse, on a perdu par ma faute, dit Sasha avec tristesse.
- The trip... Humm... Le voyage, ça ne me dérange plus. Viens, on t'apporte à l'hôpital immédiatement, dit Charlie.


À la sortie de l'infirmerie, Sasha et Charlie sont finalement seuls. La nervosité et l'amour qui les lie est palpable. Ils ne savaient plus quoi dire.


- Es-tu correcte, Sasha? dit Charlie d’une voix très calme.
- Oui, merci pour tout.
- Pas de problème.


Le silence dans la salle les entoure. Soudainement, un petit bruit, tellement doux qu’il est presque impossible de l'entendre, sort de la bouche de Charlie :


- I love you umm je t'aime.
- Quoi? demande Sasha.
- Les quelques heures passées avec toi étaient formidables! explique Charlie.
- Wow, vraiment? dit Sasha, particulièrement choquée.
- Oui, répète Charlie.
- Mais ça fait seulement quelques heures! s'exprime Sasha.
- Je le sais. Mais je t'aime, réclame Charlie.
- Je m'excuse, mais je ne te connais presque pas et oui tu es beau, mais la chose est que je te considère plus comme un bon ami, un meilleur ami.
- Oh! lâche Charlie. Oh…, répète-t-il une deuxième fois.


Charlie, encore choqué, essaye de lui parler, mais c'est trop bizarre. Malheureusement, le camp termine dans moins de quinze minutes.


Charlie ramène Sasha au champ où ils jouent le dernier jeu : man hunt. Sasha, encore dans un bandage, essaie de marcher, mais elle tombe. Charlie l'aide à se relever et les deux rient.


- Merci encore, dit Sasha.
- Pas de problème, ricane Charlie.


« DING DING DING ». La cloche du camp sonne. « C'EST LE TEMPS DE PARTIR! » crie Bobby, le guide. La mère de Sasha l'attend dans sa voiture. En ouvrant la porte de la voiture, Charlie dit au revoir avec un signe de la main. En partant, Sasha ouvre la fenêtre et, à la dernière minute, elle crie : - I LOVE YOU TOO CHARLIE!

 


Imprimer la version PDF >>