Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives - Volet Primaire et secondaire
Introduction Suite et titre

Marie-France Comeau
Atlantique
Auteure

École Laurier
Laurier, Manitoba
4e année

Un nouvel ami, Clémentine

 

INTRODUCTION

Dans un village lointain vit un dragon. Il n’a ni château, ni trésor. Il habite dans un simple vivarium, au fond d’une animalerie. Il est capable de demeurer immobile pendant des heures. Seule sa tête tourne de gauche à droite. Il n’a besoin que d’un peu d’eau et de criquets pour son petit estomac. Il sort parfois la langue pour attraper sa proie, afin de montrer qu’il est bien en vie.

 

C’est le son d’un bruit soudain qui le sort de son état d’animal endormi. Notre petit dragon entend un jeune garçon qui a décidé de jeter son dévolu sur lui. Apercevant le dragon et comprenant que ce n’était pas un lézard comme les autres, l’enfant soulève de ses mains habiles la maison de verre pour le prendre dans ses bras. Mais celui-ci s’échappe pour aller se réfugier dans une petite boîte de nourriture pour animaux que l’enfant avait omis de refermer. Notre dragon est maintenant parti pour une grande aventure!

Pendant ce temps, à quelques kilomètres de l’animalerie, papa Peter chatouille les touches d’un piano. Bébé Camille, hypnotisée par la musique, gazouille tel un oiseau dans les bras de son grand-papa. « Belle petite Camille, dit son grand-papa, ferme tes p’tits quen’oeils. » Francine, la maman de Camille, riposte d’un ton de reproche : « Papa, on dit yeux, pas quen’oeils. » Grand-papa Luc déclare : « Eyes, yeux, quen’oeils; dans notre famille, les mots sont chantés telles des notes à portée exogame! » Il ajoute d’un ton assuré : « Notre petite Camille, comme son grand frère, saura choisir le mot juste! » Au même moment, les pensées de tout un chacun défilent à savoir justement quel sera le premier mot de bébé Camille? Sera-t-il anglais, français ou l’un des vieux mots acadiens que grand-papa Luc distribue selon sa fantaisie?

Profondément absorbés dans leurs pensées, tous sursautent au son du carillon. Grand-papa Luc, tenant toujours Camille dans ses bras, ouvre la porte. « J’suis pas sourd, y’a ben t’chequ’un qui a sonné », dit-il. « Je ne vois personne », dit Francine. « Nobody », reprend papa Peter. Camille s’agite et laisse tomber sa suce. Celle-ci rebondit sur une boîte au pied de Peter. Il se penche et tend la main afin de saisir cet objet précieux. Mais voilà que la boîte bouge, emportant la suce avec elle! Effrayé, papa Peter fait un bond en arrière. La petite Camille rit aux éclats de voir la boîte s’agiter sous le regard inquiet de son papa.

Au même instant, une bicyclette freine près de la maison. Un jeune garçon s’approche à toute vitesse. C’est le grand frère de Camille qui, tout sourire, se réjouit de retrouver son colis. Tous veulent savoir ce qu’il y a dans la boîte. Le grand frère de Camille la tient délicatement entre ses mains. Voilà qu’il soulève le couvercle et tous restent sans mot devant… Petite Camille dit, au même instant, son premier mot…

 

SUITE DE L’HISTOIRE


Petite Camille dit, au même instant, son premier mot?
- Dragon!
- Oh my gosh! She speaks English! s'écrie papa Peter, tout heureux, en prenant bébé Camille dans ses bras.

Bébé Camille éclate de rire et tend ses bras en direction de la boîte que tient toujours son grand frère, Lucas, en criant « Dragon! Dragon! ».

- Où as-tu trouvé ce dragon? demande maman Francine à Lucas en regardant anxieusement la petite créature s'agiter au fond de sa boîte.
- Je l'ai trouvé à l'animalerie. On peut le garder, n'est-ce pas? demande Lucas.
- Certainly not, dit papa Peter d'un ton de reproche. We don't know what it eats and it can become a very dangerous creature.
- Mais papa, il est si petit, il ne ferait pas de mal à une mouche!
- Dragon! s'exclame à nouveau bébé Camille en regardant le petit dragon.
- Amenons-le dans la cuisine, nous prendrons une décision là, décide maman Francine.

Tous s'installent donc dans la cuisine et Lucas dépose le petit dragon sur le sol. Celui-ci se déplace alors sur ses quatre petites pattes et se rapproche de grand-papa Luc qui se penche pour l'examiner.

- C'est vrai qu'il est bien petit, déclare grand-papa Luc. À peine plus gros que bébé Camille. Peut-être qu'il aime les mêmes choses qu'elle?

Il prend alors le biberon de Camille et verse son contenu dans un petit bol qu'il pose devant le bébé dragon. Celui-ci renifle le contenu, puis repousse vivement le bol avec son aile, le renversant ainsi au pied de maman Francine qui fait un bond en arrière et accroche à son tour un verre d'eau qui se répand sur le sol.

- Ah la la, s'exclame maman Francine en prenant un linge pour essuyer les dégâts. Je ne crois vraiment pas qu'il aime le lait.

Cependant, le dragon aperçoit la flaque d'eau et s'en approche d'un air intéressé. Il lape un peu d'eau, et en quelques secondes, le petit dragon finit de boire l'eau.

- Eh bien, je crois que le dragon aime l'eau! s'écrie Lucas. Est-ce qu'on peut le garder maintenant?
- Well? commence papa Peter, toujours hésitant.
- Je crois qu'on pourrait le garder pour l'instant, et voir comment les choses évoluent, qu'en pensez-vous? demande grand-papa Luc qui aime déjà beaucoup le petit dragon.
- Très bien, conclut maman Francine. Mais il lui faut un nom!
- Clémentine! s'exclame Lucas après un temps de réflexion.
- Clémentine! s’écrie bébé Camille en riant.
- Va pour Clémentine alors! tranche grand-papa Luc en installant bébé Camille sur ses genoux.

En plus de boire de l'eau, la famille découvre rapidement que Clémentine raffole des criquets, qui constituent ainsi son unique source de nourriture. Pour un temps, tout se passe bien. Lucas et bébé Camille passent beaucoup de temps à jouer avec Clémentine, et malgré les craintes de papa Peter, le petit dragon est un excellent animal de compagnie. Maman Francine et grand-papa Luc contrôlent les sorties de Clémentine dans le jardin, afin qu'il ne dévore pas tous les criquets qui s'y trouvent d'un seul coup.

Malheureusement, un jour, alors que maman Francine finit de jardiner et retourne dans la maison, elle oublie de fermer la porte complètement. Clémentine en profite alors pour se précipiter dans le jardin. Ce n'est que durant la soirée que Lucas s'aperçoit de l'absence du petit dragon. Lorsque papa Peter le retrouve enfin, le jardin a été ravagé par Clémentine et il n'est pas difficile de comprendre qu'il n'y a absolument plus aucun criquet.

- Mais qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire? s'inquiète maman Francine. Avec l'été qui s'achève, il va être de plus en plus difficile de trouver des criquets pour Clémentine?
- He will have to start eating something else or he will have to leave, déclare papa Peter en regardant avec colère le petit dragon.
- On finira bien par trouver, dit grand-papa Luc d'un ton rassurant.

Le lendemain, maman Francine et Lucas jardinent pendant que Clémentine fouille le jardin de fond en comble, ne trouvant aucun criquet à se mettre sous la dent. Lucas trouve soudainement un vers de terre, et décide de le faire goûter à Clémentine. Peut-être que tous les insectes goûtent la même chose? Lucas tend une poignée de vers de terre au petit dragon qui les regarde prudemment. Clémentine finit par en manger quelques un sous le regard attentif de maman Francine et Lucas.

- Je crois qu'il aime cela! s'écrie Lucas, tout excité.

Soudainement, Clémentine se met à faite de drôles de sons, et, l'instant d'après, elle recrache le tout sur Lucas qui se retrouve couvert de morceaux de vers de terre.

- En es-tu certain? demande maman Francine en riant.
- Beurk, se contente de dire Lucas en enlevant un morceau de vers de terre de ses cheveux.

Le lendemain, alors que maman Francine, papa Peter et bébé Camille se promènent près de l'étang au parc, la petite fille voit une grosse grenouille verte.

- Frog! s'écrie-t-elle alors. Frog for Clementine!
- Des grenouilles? demande maman Francine. Tu crois que Clémentine aimerait manger des grenouilles?
- Well, we could try it, décide papa Peter.

Sur le chemin du retour, ils achètent une grosse boîte pleine de grenouilles vivantes et la ramènent à la maison. Une fois arrivés, ils déposent la boîte dans le salon avec bébé Camille et partent à la recherche de Clémentine. Malheureusement, la petite fille en profite pour ouvrir la boîte par elle-même et, d'un seul coup, toutes les grenouilles se retrouvent libérées et s'échappent partout dans la maison.

- Mais qu'est-ce qu'il se passe ici? s'exclame grand-papa Luc qui lisait son journal dans la cuisine lorsqu'une dizaine de grenouilles arrivent en sautant sur la table.
- Maman! Papa! s'écrie alors Lucas. Il y a des grenouilles dans ma chambre!
- Oh mon dieu! crie alors maman Francine. Il y a des grenouilles partout dans la maison!
- Camille must have opened the box!

Et toute la famille se met alors à la chasse aux grenouilles, parcourant la maison de haut en bas et de bas en haut pour récupérer tous les batraciens. En entrant dans la salle de bain avec un filet à papillons, Lucas découvre Clémentine qui a, elle aussi, réussi à attraper une grenouille. Clémentine prend alors une bouchée de la grenouille sous les yeux intrigués du garçon.

- Maman! Papa! Clémentine vient de manger une grenouille! crie Lucas, tout heureux.
- Really? répond papa Peter depuis la salle de jeux. Does he seem to like it?
- Je crois que oui!

Et puis, soudainement, Clémentine vomit sa bouchée de grenouille sur les souliers de Lucas qui fait un bond en arrière, dégoûté.

- Non, finalement, elle n'aime pas cela, déclare alors le garçon, découragé.
- Demain, je vais amener Clémentine avec moi à la pêche. Qui sait, peut-être qu'il se découvrira une passion pour le poisson, décide alors grand-papa Luc.

Et c'est ainsi que le lendemain matin, grand-papa Luc, papa Peter, Lucas et Clémentine partent pêcher sur le lac près de chez eux. Au début, tout se passe bien. Tous sont installés dans le bateau avec leur canne à pêche et Clémentine est à moitié endormie au soleil. Peu après le dîner, grand-papa Luc attrape enfin le premier poisson de la journée. Il dépose alors le poisson encore frétillant devant Clémentine. La réaction de celui-ci les prend tous par surprise. Le petit dragon fait un bond en arrière, effrayé par l'apparition du poisson encore vivant. Clémentine frappe le bord du bateau qui tangue soudainement vers le côté, et papa Peter et Lucas, qui s'étaient levés pour mieux voir la réaction de Clémentine, se retrouvent projetés en dehors du bateau et tombent dans l'eau avec un grand «SPLOUSH!». Grand-papa Luc, qui s'était accroché au rebord du bateau juste à temps, réussit à calmer le dragon et déclare, alors que les deux autres refont surface, que Clémentine n'aime définitivement pas les poissons non plus.

- Mais qu'est-ce qu'on va faire? se plaint Lucas
- It can’t continue like this, dit papa Peter en rembarquant dans le bateau. Clementine will have to find another place to stay.

Lorsqu'ils reviennent à la maison pour l'heure du souper, Lucas est sur le bord des larmes et papa Peter est encore en colère et tout trempé. Les deux parents se mettent alors à discuter du cas de Clémentine, essayant de trouver la meilleure chose à faire pour le petit dragon. Tous sont encore debout sur la pelouse devant leur maison, et bébé Camille profite de l'inattention générale pour se diriger laborieusement vers la maison du voisin. Elle ne marche sur deux jambes que depuis peu de temps, et ses premiers pas sont encore difficiles. La famille Lapointe, leurs voisins de toujours, possède deux chiots. Une gamelle pleine de nourriture pour chien est donc toujours posée devant la porte de la maison. Bébé Camille en prend alors une pleine poignée et retourne vers sa famille en trottinant. Elle s'approche de Lucas qui tient toujours Clémentine dans ses bras, et, sans plus de cérémonie, elle donne un peu de nourriture pour chien au petit dragon. Après avoir senti avec intérêt la main de la petite fille, Clémentine sort sa langue et avale quelques croquettes. Il semble apprécier cette nouvelle nourriture, et se met à manger avidement.

- Regardez! hurle alors Lucas. Clémentine mange de la nourriture pour chien!
- Ah ben ça alors! s'écrie grand-papa Luc, tout heureux. La bestiole mange!
- Alors on peut le garder, n'est-ce pas? demande Lucas à son père.

Celui-ci semble hésiter un instant, puis devant le regard suppliant de son fils et le sourire de sa petite fille qui tient encore un peu de nourriture pour chien dans sa main, il finit par accepter de bonne grâce. Bébé Camille se tourne vers sa famille et, en donnant à Clémentine un câlin, elle dit alors sa toute première phrase.

- I like my dragon!


 


Imprimer la version PDF >>