Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives - Volet Primaire et secondaire
Introduction Suite et titre

Marie-France Comeau
Atlantique
Auteure

École Rose des Vents
Cornwall, Ontario
5e année

La merveilleuse rencontre avec un dragon

 

INTRODUCTION

Dans un village lointain vit un dragon. Il n’a ni château, ni trésor. Il habite dans un simple vivarium, au fond d’une animalerie. Il est capable de demeurer immobile pendant des heures. Seule sa tête tourne de gauche à droite. Il n’a besoin que d’un peu d’eau et de criquets pour son petit estomac. Il sort parfois la langue pour attraper sa proie, afin de montrer qu’il est bien en vie.

C’est le son d’un bruit soudain qui le sort de son état d’animal endormi. Notre petit dragon entend un jeune garçon qui a décidé de jeter son dévolu sur lui. Apercevant le dragon et comprenant que ce n’était pas un lézard comme les autres, l’enfant soulève de ses mains habiles la maison de verre pour le prendre dans ses bras. Mais celui-ci s’échappe pour aller se réfugier dans une petite boîte de nourriture pour animaux que l’enfant avait omis de refermer. Notre dragon est maintenant parti pour une grande aventure!

Pendant ce temps, à quelques kilomètres de l’animalerie, papa Peter chatouille les touches d’un piano. Bébé Camille, hypnotisée par la musique, gazouille tel un oiseau dans les bras de son grand-papa. « Belle petite Camille, dit son grand-papa, ferme tes p’tits quen’oeils. » Francine, la maman de Camille, riposte d’un ton de reproche : « Papa, on dit yeux, pas quen’oeils. » Grand-papa Luc déclare : « Eyes, yeux, quen’oeils; dans notre famille, les mots sont chantés telles des notes à portée exogame! » Il ajoute d’un ton assuré : « Notre petite Camille, comme son grand frère, saura choisir le mot juste! » Au même moment, les pensées de tout un chacun défilent à savoir justement quel sera le premier mot de bébé Camille? Sera-t-il anglais, français ou l’un des vieux mots acadiens que grand-papa Luc distribue selon sa fantaisie?

Profondément absorbés dans leurs pensées, tous sursautent au son du carillon. Grand-papa Luc, tenant toujours Camille dans ses bras, ouvre la porte. « J’suis pas sourd, y’a ben t’chequ’un qui a sonné », dit-il. « Je ne vois personne », dit Francine. « Nobody », reprend papa Peter. Camille s’agite et laisse tomber sa suce. Celle-ci rebondit sur une boîte au pied de Peter. Il se penche et tend la main afin de saisir cet objet précieux. Mais voilà que la boîte bouge, emportant la suce avec elle! Effrayé, papa Peter fait un bond en arrière. La petite Camille rit aux éclats de voir la boîte s’agiter sous le regard inquiet de son papa.

Au même instant, une bicyclette freine près de la maison. Un jeune garçon s’approche à toute vitesse. C’est le grand frère de Camille qui, tout sourire, se réjouit de retrouver son colis. Tous veulent savoir ce qu’il y a dans la boîte. Le grand frère de Camille la tient délicatement entre ses mains. Voilà qu’il soulève le couvercle et tous restent sans mot devant…. Petite Camille dit, au même instant, son premier mot…

 

SUITE DE L’HISTOIRE

« Dragon ».

« You brought a dragon in the house », s'exclame Peter, le père d'Alexandre, le frère de Camille.

« C'est adorable! » dit Francine, la mère d'Alexandre.

« Il y a un dragon. Wow! » dit grand-papa Luc.

« Dragon », dit Camille.

« Bring it back to the pet shop », répond le père d'Alexandre.

« Est-ce que je pourrais le prendre? » demande la mère d'Alexandre.

« Je ne peux pas croire mes quen'oeils », dit le grand-père d'Alexandre.

« Dragon », répète Camille.

« Non, ne le touche pas, on le retourne à l'animalerie », dit le père d'Alexandre.

« Non, on le garde », dit la mère d'Alexandre.

« Non! » s'exclame le père d'Alexandre. « Oui! » s'exclame la mère d'Alexandre.

La famille a eu une géante chicane pour décider si elle avait le droit de garder le dragon.

**********

Finalement, à la fin de la journée, ils ont décidé qu'ils pouvaient garder le dragon. Mais il avait besoin de rester dehors ou dans la cabane dans l'arbre.

Quand le souper est arrivé, ils ont donné au dragon des carottes pour manger. Le dragon avait beaucoup aimé les carottes.

Pendant la soirée, Alexandre est allé visiter le dragon. Il avait besoin d'être silencieux s'il ne voulait pas réveiller ses parents, son grand-père ou Camille. Mais quand il a ouvert la porte pour aller dehors, il a réveillé sa sœur. Camille a commencé à pleurer. Ensuite, Alexandre est allé voir sa sœur. Il a pris sa sœur et a essayé de la calmer, mais elle ne voulait pas se calmer.

« Calme-toi, j'essaie de sortir pour aller voir le dragon. »

Camille arrêta de pleurer et dit « Dragon ». Alors Alexandre a amené Camille dehors avec lui pour aller voir le dragon.

Quand ils sont arrivés pour voir le dragon, le dragon volait partout. Camille a commencé à chasser le dragon en disant « Dragon ». Le dragon pouvait faire des pirouettes dans l'air et il pouvait sauter très haut. Il pouvait sauter 8 pieds de haut et le dragon était seulement 2 pieds de long et 1 pied de haut.

Les enfants trouvaient cela très impressionnant. Ils ont joué avec le dragon pendant environ une heure. Ils ont montré au dragon comment bien se comporter en avant du père d'Alexandre et de Camille s'il voulait rester avec eux. Ils ont aussi montré au dragon comment jouer à cache-cache. « 1, 2, 3, 4, 5. Prêt, pas prêt, je m'en viens! »

Ils ont eu beaucoup de plaisir. Après une longue période de temps en train de jouer avec le dragon, les enfants sont devenus fatigués et ils ont décidé de rentrer et d'aller se coucher.

« Bonne nuit, Camille. »

**********

Il était 9 heures du matin et la famille d'Alexandre et de Camille finissait de déjeuner.

« Tu devrais peut-être aller voir le dragon », dit maman Francine.

Aussitôt, Alexandre, Camille et sa mère se sont précipités à la cabane pour voir le dragon. Mais quand ils sont arrivés dans la cabane dans l'arbre, le dragon n'était pas là. La famille courut le dire au père d'Alexandre, Peter, et à grand-papa Luc.

« Youppi! The dragon is gone », dit le père d'Alexandre.

Alexandre courut dans sa chambre en pleurant. Mais soudainement, il entendit un drôle de bruit. C'était le dragon. Le plus vite qu'il pouvait, il courut en bas dire à ses parents. « Maman, Papa j'ai trouvé le dragon! Il était dans ma chambre. »

« Why did you have to find the dragon? » dit le père.

« Youppi! Tu l'as trouvé », dit la mère.

« Dragon », dit Camille.

« Je suis très... euh », dit le grand-père. Mais ensuite, Francine se demandait : « Qu'est-ce qu'on est censé faire avec un dragon? » Alors ils sont restés plantés là à ne rien faire pendant un moment.

Ensuite, Alexandre a eu une idée : « Pourquoi ne pas prendre le dragon pour une marche? »

« C'est une très bonne idée », dit la mère d'Alexandre. Alors ils sont allés acheter une laisse et un collier au dragon afin qu'ils soient capables de l'amener faire une marche et ils ont acheté des poissons pour qu'il puisse les manger.

Ensuite, quand ils sont arrivés chez eux, ils ont amené le dragon pour une marche. Quand ils sont revenus de la marche, ils lui ont donné trois petits poissons. Après le souper, Camille et Alexandre sont allés jouer dehors avec le dragon. Quand le soir est venu, ils sont rentrés et ils ont laissé le dragon dehors en haut dans la cabane dans l'arbre.

**********

Quand le matin est arrivé, ils se sont précipités pour aller voir le dragon. Mais quand ils sont arrivés dehors, il y avait deux autres dragons dehors dans la cabane dans l'arbre. Mais les dragons étaient un peu plus grands. Ils étaient environ 2 pieds de haut et 3 pieds de long. Alors ils les ont gardés, mais ils ne l'ont pas dit au père ni au grand-père parce qu'ils savaient qu'ils seraient fâchés.

Mais le matin suivant, ils ont trouvé deux autres dragons qui étaient environ 4 pieds de haut et 4 pieds de long. Alors ils ont décidé de le dire au père et au grand-père pour voir s'ils savaient ce qui arrivait. Mais le père et le grand-père ne savaient pas quoi faire. Alors, ensemble, ils ont décidé d'appeler un vétérinaire pour voir s'il savait ce qui arrivait. Le vétérinaire est venu voir les dragons et il a dit qu'il s'agissait des parents, du frère et de la sœur du dragon.

Pendant la soirée, les dragons sont partis et Alexandre les a suivis. Les dragons sont allés dans la forêt et il y avait un nid géant. Alors Alexandre est allé chercher sa mère.

Sa mère lui a dit : « Je pense que le petit dragon veut être avec sa famille. Je pense que tu devrais le laisser vivre avec sa famille, ça serait mieux pour lui. »

C'était très difficile pour Alexandre de laisser le dragon aller, mais de temps en temps, Alexandre avait le droit d'aller de le visiter. Finalement, il a nommé le dragon Patrick. Les autres mots de Camille étaient « Maman, Papa, Sœur, Frère ».

 


Imprimer la version PDF >>