Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives - Volet Primaire et secondaire
Introduction Suite et titre

Nadine Mackenzie
Ouest et territoires
Auteure

École Anne-Hébert
Vancouver, Colombie-Britannique
2e année

Alistair et la grosse erreur!!!

 

INTRODUCTION

 

La famille Elliott habite à Winnipeg. Le père, John, est anglophone de Vancouver et la mère, Joanne, vient de Montréal. Les Elliott ont deux enfants, Martin a 16 ans et Émilie en a 14. La famille a un restaurant au centre-ville de Winnipeg qui s'appelle le Franglais. Le menu offre des plats des régions anglophones du pays et également du Québec.

John travaille à la cuisine, Joanne sert les clients et les deux enfants aident autant qu'ils le peuvent, surtout les fins de semaines. Récemment, la famille Elliott a accueilli chez elle un jeune anglophone, Alistair, qui voulait faire un stage dans un restaurant bilingue avant d'aller ouvrir son propre restaurant à Miami, en Floride, ou à San Francisco, en Californie. Il avait entendu dire qu'un grand nombre de francophones et de francophiles habitaient dans ces deux endroits. Alistair apprenait le français avec Joanne et le baragouinait avec Martin et Émilie qui corrigeaient gentiment ses nombreuses fautes.

Samedi dernier, Alistair a fait une erreur colossale qui a fait encore rire toute la famille. Une jeune fille de la Nouvelle-Orléans, assise à une table avec plusieurs amis, lui commanda en français des pommes frites pour accompagner son poisson. Alistair comprit qu'elle désirait le fruit. Il éplucha très vite deux pommes bien mûres qu'il fit frire dans du beurre avec un peu de sucre et de cannelle. Quand il apporta le plat à la jeune fille, l'odeur des pommes à la cannelle mélangée à celle du poisson n'était pas du tout appétissante. La table entière éclata de rire.

— Je n'ai pas demandé des pommes cuites, glapit la jeune fille entre deux fous rires.
— Mais... mais..., vous, tu, avez dit « pommes frites », répondit Alistair dans son meilleur français.
— Elle voulait dire « patates ». Elle aurait dû dire « pommes de terres frites » fit l'un des convives.

Consterné, Alistair regarda l'assiette où le saumon et les pommes à la cannelle se trouvaient et...

 

SUITE DE L’HISTOIRE


… il y a deux souris qui ont mangé le saumon en entier. Il ne reste que les arêtes. Il y a deux pommes entières avec des vers de terre. Il y a du sang partout. Il y a un verre avec du jus fait de lait. Le pain est servi avec du beurre à la cacahuète. La jeune fille est allergique aux arachides! En plus, elle ne mange pas le gluten. Après avoir mangé les chips très épicées en triangle qui sont servies dans un chapeau, elle se sent malade. Elle se lève et court partout autour du restaurant vers les toilettes. Un autre client reçoit une pizza avec des fourmis, un gâteau au poison, de la sauce faite avec de la glace. Une autre table reçoit de la crème glacée, une orange, une fourchette, un couteau, une cuillère et un homard vivant. Le homard court partout et Alistair le chasse dans la cuisine.

 

Alistair revient de la cuisine pour parler avec ses clients. La jeune fille revient et voit les os du saumon s'envoler dans l'eau puisque le restaurant est sur le bord de la mer. Un autre client commande des œufs miroir. Il reçoit ses œufs sur un vrai miroir avec encore plus de poisson aux pommes et à la cannelle. La cuisine n'arrête pas de faire des erreurs. Le homard bouge et toute la nourriture du restaurant se transforme en tornade.

 

 

Tous à la table disent ensemble :

- C'est une nourriture qui est difficile à manger. Elle bouge trop!
- Poisson d'avril?!? dit Alistair!

 

Imprimer la version PDF >>