Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives - Volet Primaire et secondaire
Introduction Suite et titre

Nadine Mackenzie
Ouest et territoires
Auteure

École du Grand Portage
Sackville, Nouvelle-Écosse
3e année

Les aventures magiques, les plats magnifiques!

 

INTRODUCTION

 

La famille Elliott habite à Winnipeg. Le père, John, est anglophone de Vancouver et la mère, Joanne, vient de Montréal. Les Elliott ont deux enfants, Martin a 16 ans et Émilie en a 14. La famille a un restaurant au centre-ville de Winnipeg qui s'appelle le Franglais. Le menu offre des plats des régions anglophones du pays et également du Québec.

John travaille à la cuisine, Joanne sert les clients et les deux enfants aident autant qu'ils le peuvent, surtout les fins de semaines. Récemment, la famille Elliott a accueilli chez elle un jeune anglophone, Alistair, qui voulait faire un stage dans un restaurant bilingue avant d'aller ouvrir son propre restaurant à Miami, en Floride, ou à San Francisco, en Californie. Il avait entendu dire qu'un grand nombre de francophones et de francophiles habitaient dans ces deux endroits. Alistair apprenait le français avec Joanne et le baragouinait avec Martin et Émilie qui corrigeaient gentiment ses nombreuses fautes.

Samedi dernier, Alistair a fait une erreur colossale qui a fait encore rire toute la famille. Une jeune fille de la Nouvelle-Orléans, assise à une table avec plusieurs amis, lui commanda en français des pommes frites pour accompagner son poisson. Alistair comprit qu'elle désirait le fruit. Il éplucha très vite deux pommes bien mûres qu'il fit frire dans du beurre avec un peu de sucre et de cannelle. Quand il apporta le plat à la jeune fille, l'odeur des pommes à la cannelle mélangée à celle du poisson n'était pas du tout appétissante. La table entière éclata de rire.

— Je n'ai pas demandé des pommes cuites, glapit la jeune fille entre deux fous rires.
— Mais... mais..., vous, tu, avez dit « pommes frites », répondit Alistair dans son meilleur français.
— Elle voulait dire « patates ». Elle aurait dû dire « pommes de terres frites » fit l'un des convives.

Consterné, Alistair regarda l'assiette où le saumon et les pommes à la cannelle se trouvaient et...

 

SUITE DE L’HISTOIRE


Alistair a l'idée de partir en aventure pour découvrir toutes sortes de plats intéressants des cultures anglophones et francophones. Il partage son idée avec la famille Elliott. John, le père, sourit et parle si vite qu'Alistair manque quelques mots. Il raconte à Alistair à propos de son projet secret. C'est une machine à voyager magique! Juste ce dont Alistair a besoin pour aller partout dans le monde en peu de temps. John l'offre à Alistair pour une semaine et Alistair accepte. Son cœur bat à toute vitesse pendant qu'il saute de joie. Il appelle sa blonde francophone, Alice et lui expliquent tout. Dans son meilleur français, il dit :

- Veux-tu venir avec moi?

Tout de suite, elle accepte et vient au restaurant. Une fois que leurs petites valises sont prêtes, M. Elliott leur montre comment naviguer la machine à voyager magique qui voyage plus vite que n'importe quel moyen de transport jamais connu.

- À l'aventure! s'écrie Alistair en partant. Thank you. Merci de votre merveilleuse hospitalité la famille Elliott!

Et à Alice, il dit :

- Allons à New York!

En sautant et en criant de joie, le couple part à l’aventure! Une fois arrivés à New York, ils atterrissent au Parc Central.

- Que tout est immense ici! dit Alistair.

Ils se rendent à différents restaurants pour manger le bien aimé gâteau au fromage et les frites qu'ils avaient entendu dire qu’elles étaient délicieuses. Mmmm que c'est bon! Ils visitent un peu la ville en allant voir des sites populaires comme Time's Square et la statue de la liberté. Bien satisfaits, ils rembarquent dans la machine à voyager pour dormir.

Le matin, ils continuent leur voyage en allant en France. En France, ils rencontrent une famille qui est intéressée à ce qu'ils font et ces derniers les invitent à souper chez eux. Donc, à l'heure du souper, ils mangent leur repas avec les baguettes traditionnelles, le fromage à ne pas en passer et les raisins les plus frais qu'ils ont jamais goûtés! Après le souper, la famille emmène Alice et Alistair visiter les petites rues de pierre, les Champs-Élysées et la Tour Eiffel. « Wow! Que c'est beau! » En se sentant comblés, le couple leur dit :

- C'est le temps de continuer notre aventure. Merci beaucoup de votre agréable hospitalité!
- Revenez nous visiter, dit la famille.

Alors, Alistair et Alice repartent dans la machine pour se rendre en Haïti où on parle le créole et l'anglais. Ils arrivent aux petites heures du matin, atterrissant à côté d'une maison d'invités. Ils dorment pendant neuf heures et se réveillent dans l'après-midi. Un tap-tap (autobus) les apporte au pied d'une montagne où ils voient des ânes et aussi des maisons faites de roche et de métal. Les haïtiens leur disent « bonjou » et leur offrent des mangues et des bananes plantains. Alistair et Alice disent :

- Merci! C'est délicieux!

Ensuite, ils mangent un souper de fèves et de riz. Bien satisfaits et le ventre plein, ils continuent à voyager. Le couple se rend ensuite en Sénégal pour du poulet yassa, en Belgique pour des frites, au Maroc pour du couscous, puis en Suisse pour du chocolat. Ils ont très hâte de goûter à d'autres mets et ils retournent au Canada. Les jeunes adultes atterrissent à Sainte-Julie, au Québec, une belle journée ensoleillée d'été. Ils se trouvent un bel endroit où ils peuvent faire une belle promenade avant de s'endormir.

En se réveillant, ils sentent de la bonne morue. Ils se rendent donc au restaurant tout près. Alice et Alistair racontent la raison de leurs aventures à la serveuse. La serveuse décide donc de leur offrir un repas gratuit. Ils choisissent de commander la délicieuse tourtière et pour dessert, de la tarte au sucre.

- J'adore cette tarte! dit Alistair.
- Moi aussi, dit Alice. Et la tourtière est si bonne!

Après avoir visité la ville, ils rembarquent dans la machine à voyager magique pour se rendre à Shédiac, au Nouveau-Brunswick. À Shédiac, ils voient beaucoup de va-et-vient et entendent de la musique qui les fait taper du pied. C'est le festival acadien! Ils voient la statue d'un homard et entendent l'hymne national des acadiens, l'Ave Maris Stella, qui leur fait chaud au cœur. Après cela, la musique continue. Les gens jouent de la guitare, du violon, du frottoir, de l'harmonica, de l'accordéon et tapent des mains et des pieds. Tous s'amusent et dansent.

Les aventuriers suivent leur nez jusqu'aux tables où sont servis de l'aigle fin, du homard, du lapin, de la poutine et du pâté chinois. Ils goûtent un peu à tout. Et cela leur donne l'envie de se rendre en Nouvelle-Écosse. En Nouvelle-Écosse, ils atterrissent sur le front de mer où le festival acadien continue. Sur le front de mer, ils voient des bateaux, des croisières et des kiosques qui vendent des couvertures piquées, des bijoux et des disques compacts de musiciens locaux. Ils voient la grosse vague qui est une statue où les enfants veulent glisser, même s'il ne leur est pas permis.

En mangeant la râpure, du fricot et des pétoncles succulents, ils écoutent la belle musique amusante de M. Weldon Boudreau. Avec sa fille Josée, ils chantent ses chansons Fi di laille et Adaptés aux quatre saisons. Et c'est comme ça qu'ils terminent leur merveilleuse aventure pour goûter les plats d'un peu partout dans le monde. Ils retournent à Winnipeg, au Manitoba, et rapportent la machine à voyager magique à M. Elliott.

- Merci tellement, John! On a mangé toutes sortes de différents plats d'autour du monde et on a pu voir un peu des cultures aussi! Quelle superbe expérience! Au revoir!

- Ça, c'était un voyage si intéressant et amusant! se disent Alistair et Alice.

Tout excités, ils prennent l'avion pour aller en Floride. Ils vont construire et ouvrir le nouveau restaurant à Alistair qu'il nommera Ançais. Il servira les plats des cultures anglophones et francophones d'un peu partout dans le monde. Et pour l'ambiance, il jouera de leur musique et le décorera avec les scènes qu'ils ont vues. Rempli d'enthousiasme et d'énergie pour commencer sa nouvelle aventure, il dit :

- Au revoir Canada! Bonjour la chaude Floride!



Imprimer la version PDF >>