Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

Introduction Développement 1 Développement 2 Conclusion et titre

Martine Noël-Maw
Ouest et territoires
Auteure

École Boréale
Ponteix, Saskatchewan
1re et 3e année

École Camille-Vautour
Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick
2e année

École Les Bocages

Saint-Augustin, Québec

4e année

La merveilleuse aventure du Paper Boy

Quand mon frère et moi étions petits, nos parents nous racontaient souvent des histoires à l’heure du coucher. Maman lisait des légendes de chevaliers et de princesses dans de beaux albums aux images colorées, tandis que papa nous faisait rire ou trembler de frayeur avec sa propre imagination.

Dans les histoires de papa, le traîneau du père Noël n’était pas tiré par de vulgaires rennes, mais par des « chevreuils de pluie », des animaux que j’imaginais avec un nez rouge, bien sûr, mais aussi avec de grands yeux larmoyants et un imposant panache qui perçait les nuages pour faire tomber la pluie et engendrer des arcs-en-ciel.

Je dois préciser que le caractère parfois étrange des récits de mon père vient du fait que sa langue maternelle est l’anglais. C’est ainsi que les reindeers du père Noël sont devenus des « chevreuils de pluie ».

De toutes les histoires qu’il a inventées pour nous, ma préférée demeure celle de Jonathan, le paperboy devenu « garçon de papier ».

– Un matin, Jonathan passait sur le « marchoir » devant une maison abandonnée quand...

– Un « marchoir »? Ça n’existe pas! C’est un trottoir!

– Non, les enfants. Le garçon de papier ne trotte pas, il marche!

Mon frère et moi riions en gigotant sous nos couvertures.

– OK then. Jonathan passait sur le trottoir devant une maison abandonnée quand il est tombé dans un « homme trou ».

– Un « homme trou »? dit mon frère.

– Oui, a man hole, you know?

– Ah! C’est un trou d’homme, dis-je.

– Bon, vous arrêtez de m’interrompre sinon, no story tonight!

J’ai serré les lèvres.

– Jonathan est tombé dans un trou d’homme avec son gros sac rempli de « papiers ».

– Rempli de journaux, dit mon frère.

– Chut! Laisse-le continuer…

Jonathan est tombé sur une roche pointue et s'est cassé la jambe. Il est inconscient et quand il se réveille, il voit beaucoup d'araignées autour de lui. Il essaie de grimper en se tenant sur des roches, mais il retombe.

Quelqu'un voit Jonathan et essaie de l'aider. Mais il tombe à son tour dans le trou. Il essaie donc d'aider Jonathan à se lever et décide de marcher un peu pour trouver une sortie. Tout à coup, des chauves-souris volent au-dessus de leur tête. Les chauves-souris leur montrent un chemin, mais elles les amènent aux égouts où il y a des crocodiles. Les deux garçons s'enfuient en courant...

Les deux garçons s'enfuient en courant, mais les crocodiles les suivent toujours en faisant claquer leurs dents. C'est alors que des chauves-souris apparaissent à nouveau dans l'obscurité pour les aider à retrouver leur chemin.

Tout à coup, les chauves-souris disparaissent dans le noir. Alors, les deux enfants grimpent rapidement dans l'arbre pour que les crocodiles ne les rattrapent pas. Contents, Jonathan et Louis découvrent deux lianes. Ils attrapent chacun une liane et se balancent jusqu'à l'autre bord de la rivière.

Soudainement, les deux nouveaux amis se retrouvent face à une forêt magique. Ils sont surpris de voir des arbres multicolores marcher, des fleurs chanter et danser ensemble.

Brusquement, des animaux accourent de partout.

Jonathan et Louis grimpèrent dans un arbre. Louis était rendu au sommet, mais Jonathan n'était pas capable de monter, car les branches bougeaient trop. Il glissa et se retrouva dans la sève gluante et collante de l'arbre. En tombant de l'arbre, son sac rempli de feuilles de papier se renversa sur lui. Il essaya de les décoller, mais elles étaient bien trop collées.

Tout à coup, il s'envola de l'arbre, mais il réussit à attraper Louis par le bras pour l'emporter avec lui. Ils sortirent ainsi du trou.

Par la suite, ils traversèrent la ville en volant toujours avec les feuilles collées. Le vent les transporta aisément. Ils retournèrent chez Jonathan pour se reposer de cette fameuse aventure magique et fantastique.

C'est ainsi que Jonathan devint le magique garçon de papier, aussi surnommé « paper boy ».

- Bon les enfants, c'est l'heure de se coucher, dit le papa.

- Non, une autre histoire, dit la petite fille.

- Oui, encore Papa, dit le petit garçon.

- Bien, dit le père, mais une très courte.

Imprimer la version PDF