Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

Introduction Développement 1 Développement 2 Conclusion et titre

Mélanie Daigle
Atlantique
Auteure

École Camille-Vautour
Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick
2e année

École Boréale
Ponteix, Saskatchewan
1re et 3e années

École Anne-Hébert

Vancouver, Colombie-Britannique

2e année

La Fontaine d'Alexanne

Ce genre de chose n’arrive jamais ici. J’aurais dû écouter le vieux, mais je ne pouvais pas savoir qu’il disait vrai. Tout a commencé avec la musique ou plutôt l’absence de celle-ci. Nous roulions au rythme d’une chanson française quand soudainement, la radio s’est  éteinte sans que personne ne touche le bouton. Un silence mystérieux a envahi les ondes. J’ai essayé de changer de poste mais plus une seule chanson ne jouait, pas même une seule note.  

Mais c’est seulement quand j’ai ouvert mon livre préféré que j’ai su qu’il avait raison. Je dévisageais une page blanche, et une autre et une autre sans comprendre. Je feuilletais de plus en plus vite, mon cœur s’accélérait. Je pris un autre livre, et encore un autre, mais ils avaient tous perdu leurs mots. Puis, l’inquiétant souvenir du vieux refit surface. Ce vieux avec ses yeux bleus clairs perçants qui clouent sur place, ses cheveux fous qui ne bougent même pas dans le vent tellement ils sont sales et son haleine de poisson qui donne le frisson. Mais même avec toutes ces distractions, j’aurais dû comprendre

:

– La fin approche! La fontaine de la culture perd sa vitalité. Ne vois-tu pas, petit? Tout nous provient de cette source.

Tout!

Je me rends à toute vitesse à la fontaine, mais je sais déjà qu’il est trop tard. Le son des sirènes devient de plus en plus bruyant, mais je dois le voir de mes propres yeux. Un hélicoptère passe lentement au-dessus de moi comme s’il cherchait quelqu’un. Je me fraie un chemin à travers la foule jusqu’au ruban jaune. Je me mets sur la pointe des pieds, la fontaine ne coule plus, pas une seule goutte. Je dois retrouver le vieux. Je me retourne quand soudainement j’aperçois du coin de l’œil…

Je me retourne quand, soudainement, j'aperçois, du coin de l'œil, le vieux. Alexanne marche rapidement au travers de la foule pour le rejoindre et pour le questionner.

– Est-ce que tu comprends pourquoi la fontaine de la culture ne coule plus au village? dit-elle.

– Désolé! répond le vieux Louis. La fontaine de la culture d'ici meurt à petit feu, dit-il.

– Mais pourquoi tout ceci arrive-t-il? demande Alexanne.

– Les gens du village écoutent seulement de la musique anglaise et lisent tout le temps des livres en anglais, répond Louis.

– Mais moi, je préfère lire des livres en français et j'adore écouter de la musique francophone. Je vais dire aux gens du village d'arrêter de lire et d'écouter de la musique anglaise, mentionne Alexanne.

– Quelle bonne idée! dit le vieux Louis.

Alexanne décide d'envoyer un courriel aux gens du village et place aussi cette information sur les médias sociaux Twitter et Facebook afin que tous les gens puissent avoir accès à sa lettre.

Voici le message que décide d'écrire Alexanne :

Chers villageois,

La fontaine de la culture du village ne coule plus. S'il vous plait, voulez-vous arrêter de lire et d'écouter de la musique en anglais. Par ce geste, les mots des livres apparaitront à nouveau et nous pourrons encore écouter de belles mélodies à la radio.

Merci de votre collaboration,

Alexanne

Quelques jours plus tard, les villageois ne lisent plus et n'écoutent plus de musique. Malgré tout, la fontaine de la culture ne coule toujours pas.

– Que se passe-t-il? Pourquoi la fontaine ne fonctionne-t-elle toujours pas? mentionne Alexanne, bien découragée.

Alexanne réfléchit à la raison pour laquelle la fontaine ne fonctionne toujours pas. Elle demande à ses amis et à sa famille ce qu'ils en pensent. Après avoir discuté, elle réalise que les gens ne lisent plus et n'écoutent plus de musique en anglais, mais non plus en français. Alors, elle décide de dire aux personnes de lire en français et d'écouter de la musique en français. Elle envoie aussi des messages sur Facebook pour demander de parler en français.

– J'ai une idée, dit Alexanne. Je vais enseigner le français!

Alexanne envoie des messages à tous les gens du village pour les informer des cours de français qu'elle offre. Elle termine ses messages avec la phrase suivante : Si vous n'apprenez pas le français ou n'utilisez pas le français, il va disparaître et la fontaine ne fonctionnera pas!

Cependant, quelqu'un du village a répondu qu'il ne voulait pas apprendre le français.

Alexanne lui dit :

– Je peux t'enseigner.

Il répond :

– Non, je veux faire comme je veux!

Alexanne lui réplique :

– Tu dois parler en français comme nous, pour que la fontaine de la culture fonctionne à nouveau.

Il termine en disant que cela ne le dérange pas. Alexanne se demande alors comment elle va faire pour réparer la fontaine?

Alexanne se demande alors comment elle va réparer la fontaine de la culture. En plus d'enseigner le français, elle décide de commencer une école francophone. Pendant la fête costumée d'ouverture, on voit des costumes extraordinaires. On pourrait penser que l'école est hantée! Il y a de la musique rock en français, des acrobates et des collations. Il y a des billets pour des prix. On vend aussi des billets d'avion pour aller visiter un endroit où on parle français comme au Québec, en France, au Congo et au Mali.

Après la fête, l'école continue d'offrir des activités en français comme du théâtre et du cinéma. Le vieux, qui s'appelle monsieur Louis Haricot, dit à Alexanne :

- J'ai changé d'avis.

- Alors, peut-être tu peux m'aider, dit Alexanne.

Alexanne pense alors que monsieur Haricot est en train de tomber amoureux de la musique en français. Mais la fontaine ne coule toujours pas. Il y a un autre villageois qui s'appelle monsieur Dinsidar. Ce monsieur ne veut toujours pas parler français. Alexanne décide alors de le convaincre. Elle lui dit :

- Si tu ne parles pas en français, la fontaine ne coulera jamais!

Et monsieur Dinsidar dit à Alexanne :

- Ok, si c'est comme ça, je vais parler en français.

Et soudainement, la fontaine commence à couler. Les livres commencent à avoir des mots. La radio commence à avoir de la musique en français.

Alexanne et Louis sont très fiers des villageois. Les villageois font une grande fête pour Alexanne. Pendant la fête on donne des écussons qui disent : « N'oublie pas de vivre en français tout les jours! ». Les villageois remercient Alexanne d'avoir sauvé la fontaine de la culture et décident de renommer la fontaine : La fontaine d'Alexanne.

Imprimer la version PDF