Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École Des Pionniers
Saint-Augustin-de-Desmaures, Québec
5e année

Lire l'introduction 1 >>

Suite de l'histoire...

Tout à coup, Annabelle s'arrêta pour regarder quelque chose d'étrange qui traînait à ses pieds. Il y avait un foulard rouge imprégné de l'odeur de rose si puissante qu'elle la reconnut aussitôt. C'était exactement ce qu'elle avait ressenti lors de l'ouverture de la mystérieuse lettre.

Annabelle décida de s'accroupir et de tirer de toutes ses forces sur ce fichu foulard afin de recueillir des indices. Une trappe s'ouvrit et elle tomba à la renverse. Elle s'approcha doucement du gouffre sombre duquel montaient des effluves de rose. Elle tressaillait de peur, mais par la même occasion, elle se sentait transportée par une force qui la poussait à s'aventurer à l'intérieur du tunnel qui s'offrait devant elle.

Courageusement, la jeune fille pénétra à l'intérieur du tunnel. Elle avançait à tâtons quand son pied frappa quelque chose de léger. On aurait dit une feuille. Elle se rappela qu'elle avait une application sur son iPod qui lui permettrait d'éclairer sa route. Elle sortit son iPod de son manteau et appuya sur l'application de son choix. En projetant le faisceau de lumière, quelle ne fut pas sa surprise de voir une montagne de lettres identiques à celle reçue qui se dressait devant elle et lui bloquait le chemin. L'odeur de rose était devenue insupportable. Elle mit sa manche sous son nez. Incapable d'aller plus loin, Annabelle s'empara d'une des lettres pour voir si le message ressemblait à la dernière missive. Elle lut les premiers mots et découvrit rapidement que ces écrits parlaient d'elle. Elle enfonça la lettre au fond de sa poche et elle se sauva à toute vitesse. Elle sortit du tunnel, se cacha derrière une benne à ordures afin de reprendre son souffle.

La jeune fille retenait ses larmes et son souffle, elle avait peur d'être entendue. Ses pulsations résonnaient dans sa tête. Elle était figée sur place, elle ne pouvait plus avancer, elle était terrifiée. En même temps, ses yeux balayaient le port. Et si l'auteur de ces lettres l'avait aperçue et était maintenant près d'elle? Elle demeura une heure sur place, mais personne ne vint troubler la tranquillité du port pendant cette nuit dérangeante. Comme Annabelle commençait à grelotter, elle décida de rentrer chez elle. Elle eut beaucoup de mal à s'endormir.

Le lendemain matin, elle se lança le défi de retrouver l'origine de ces lettres. Effrayée mais heureuse de cette nouvelle mission, elle prépara son plan. Elle appela aussitôt ses deux meilleures amies afin de les convaincre de se joindre à elle dans l'exécution de son plan. Elles acceptèrent sur-le-champ. Toute la journée durant, elles établirent les étapes à suivre.

Le soir venu, Éliane Dumarais et Samantha Desrochers, les copines d'Annabelle, décidèrent de pénétrer à l'intérieur du tunnel. Mais cette fois, elles avaient l'équipement nécessaire pour s'y aventurer. Annabelle devait rester sur le quai tandis que les deux compères se glisseraient à l'intérieur. Elles atteignirent rapidement l'amoncellement de lettres. Elles se frayèrent un chemin sur la droite et refermèrent le passage qu'elles avaient créé derrière elles. Elles pouvaient facilement communiquer entre elles à l'aide de leurs téléphones portables.

Éliane et Samantha entendirent des bruits de pas. Annabelle les informa qu'une femme aux cheveux orange pâle s'était infiltrée à l'intérieur. Les filles restèrent muettes pour ne pas être entendues. La femme s'écria :

– Mais qu'est-ce qui se passe? L'odeur est terrifiante ici! Elle m'avait pourtant dit que je reconnaîtrais l'issue à l'aide du fichu rouge afin d'arriver jusqu'à elle.

Imprimer la version PDF