Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École Gabrielle-Roy
Edmonton, Alberta
7e année

Lire l'introduction 1 >>

Suite de l'histoire...

Annabelle marchait d'un pas rapide, inquiète, en pensant à sa sœur Nicole qui aurait su quoi faire dans une situation semblable. Mais cette dernière était partie en Inde pour un voyage d'affaires...

La noirceur semblait l'envelopper d'un drap sombre et macabre. Elle entendit un chat miauler dans une ruelle, le son se répercutant sur les murs de l'allée. Au loin, des sirènes d'ambulance se faisaient entendre. Puis, soudainement, Annabelle entendit un gros «Bang!». Le son semblait venir d'une ruelle près d'où marchait Annabelle. Elle voulut aussitôt retourner chez elle, où elle était en sécurité... Mais non. Elle devait continuer pour démasquer l'auteur du…

Ses pensées furent interrompues par une lumière éblouissante qui l'aveugla momentanément. Elle recula précipitamment, trébucha et se retrouva étendue sur le sol rugueux de la route. Une auto fonçait à toute vitesse vers elle, changeant de direction au dernier moment, mais heurtant quand même sa jambe gauche. La douleur était si fulgurante qu'Annabelle s'évanouit.

Après ce qui aurait pu être des minutes, des heures, des jours même, elle n'en avait aucune idée, Annabelle se réveilla dans une chambre blanche et vide, à l'exception du lit dans lequel elle se trouvait, une petite table et, assise sur une chaise en face d'elle... une infirmière qui commença à rire de soulagement de la voir réveillée. Annabelle était donc à l'hôpital. Mais pourquoi? Elle se rappela soudain ce qui s'était passé en chemin vers le port, et regarda sa jambe gauche avec inquiétude. Elle était entourée d'un plâtre grisâtre. Prise d'une nausée incontrôlable, Annabelle vomit partout sur les draps blancs de son lit, tout en pleurant et hoquetant. L'infirmière se précipita à son chevet et l'aida à se calmer et à tout nettoyer. Ensuite, elle se leva, lui disant qu'il y avait quelqu'un qui voulait la voir et qu'elle allait le chercher.

Annabelle paniqua. Est-ce que c'était l'auteur des lettres mystérieuses? Elle voulut arrêter l'infirmière, mais celle-ci était déjà partie, laissant Annabelle assise sur son lit à se ronger les ongles d'inquiétude et de peur. Une vingtaine de minutes plus tard, l'infirmière arriva avec, à ses côtés... le frère d'Annabelle, Luc! Annabelle fut submergée d'un océan de sentiments, mais surtout de soulagement. Elle commença à pleurer, et entre des sanglots étouffés, raconta son histoire à Luc, qui lui donna la suggestion d'aller voir la police.

Pendant ce temps, l'infirmière était sortie de la chambre d'hôpital. Elle revint quelques instants plus tard avec, entre les mains, un plateau de nourriture, un bouquet de fleurs, et une enveloppe rouge sang. Annabelle resta figée pour quelques secondes, bouche bée. Un autre poème! Puis, avec appréhension, elle saisit l'enveloppe et l'ouvrit d'un coup sec, déchirant le papier si délicatement coloré.

Toi, Annabelle

Qui ne sais rien de moi

Toi, Annabelle

Que j'imagine avec moi

Mais toi, Annabelle

Avec le secret

Mais toi, Annabelle

Qui ne te crois pas cruelle

Et moi, Annabelle

Je sais tout

Et moi, Annabelle

Je connais ton secret

Et elle s'évanouit. Un peu plus tard, elle se réveille. La lampe est éteinte et dans sa chambre, il fait noir. Soudain, elle remarque un mouvement dans la noirceur. C'est un homme, vêtu de foncé, qui la fixe à travers la noirceur si épaisse qu'on aurait pu la couper avec un couteau...

Imprimer la version PDF