Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École secondaire Armand-Corbeil
Terrebonne, Québec
Secondaire 2 – gr204

Lire l'introduction 3 >>

Suite de l'histoire...

Like I said, il est tombé dans le trou. Après une chute et un cri d’effroi, il s’est étalé de tout son long sur le sol. Jonathan était perdu et mouillé de la tête aux pieds par l'eau brunâtre des égouts. Il a regardé tout autour et a aperçu un tunnel de métal, sombre et inquiétant, se perdre au loin dans la noirceur. Il a vu ses journaux flotter au milieu de l'eau comme les déchets à l'odeur nauséabonde. Il a entendu des rats courir loin de lui. Le garçon passeur de journaux s'est levé, le goût de l'eau qui s'est infiltré dans sa bouche le faisant cracher.

Un bruit suspect l'a figé sur place. Le garçon s'est retourné lentement vers la source du son qui ressemblait à un grognement. Son visage a alors exprimé une profonde terreur. Des yeux jaunes le fixaient. Une monstrueuse créature est alors sortie de la pénombre pour regarder l'enfant de ses pupilles de chat.

Devant Jonathan, se dressait un loup immense qui arborait un air démoniaque : un « où-loup»!

– Un quoi ? J'ai coupé mon père.

– Un « où- loup». A wear-wolf, no? a-t-il demandé.

– On dit «un loup-garou»! a répliqué mon frère.

– OK, maybe you're right. Donc, il a vu un loup-garou. Jonathan s'est alors mis à essayer de grimper sur les rebords du trou où il était tombé, mais ses efforts ont été vains. La créature au pelage noir a continué à s'avancer silencieusement vers sa proie qui s'agitait.

Le garçon n'avait plus d'autre choix. Il a donc pris la fuite. Il a couru dans ces longs tunnels, trébuchant sur les rats et les déchets. Ses pas ont résonné sur le sol de métal, une ombre est apparue à ses côtés. Sur le mur s'est dessinée une silhouette monstrueuse, la gueule grande ouverte, prête à mordre l'ombre frêle du jeune garçon…

Imprimer la version PDF