Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École secondaire Armand-Corbeil
Terrebonne, Québec
Secondaire 2 – gr206

Lire l'introduction 3 >>

Suite de l'histoire...

–Donc comme je le disais, Jonathan est tombé dans le trou d'homme avec ses papers», a repris mon père.

Bizarrement, ça a pris du temps avant qu'il n'atterrisse. Sur le coup, il était trop sonné pour regarder où il était. Quand il a repris ses esprits, il était trop occupé à ramasser ses journaux, mais quand il a regardé…

– Qu'est-ce qui s'est passé?

– Arrête de l'interrompre, ai-je dit à mon frère.

So, lorsqu'il a regardé autour de lui, il n'était pas dans les égouts comme il l’avait pensé… Il était dans une rue. Derrière lui, il y avait un autre trou d'homme, celui par lequel il était arrivé là. Il a observé la rue.

Toutes les maisons bien cordées étaient du même modèle, mais dans différentes couleurs pastel, les pelouses étaient toutes d'un vert éclatant et on aurait dit que chaque brin d'herbe avait été mesuré avant d'être coupé. Les allées menant vers les maisons étaient en pavé uni beige. Chaque terrain était entouré d’une clôture blanche. Devant toutes les maisons, il y avait une plate-bande fleurie bien entretenue, mais le plus étrange était le fait qu'il n'y avait personne, sauf Jonathan.

Aucune voiture n'était stationnée dans les allées, aucun enfant ne jouait devant les maisons, aucun bruit ne parvenait à percer le silence inquiétant… Tout était trop parfait dans cette rue. Pas un détail ne clochait, à part l'absence de toute présence humaine. Il y avait aussi le fait que Jonathan était tombé dans le trou d'homme de chez lui et qu'il était ressorti par un autre trou d'homme…

Il s'est retourné pour repasser dans le trou, mais la grille qu'il avait replacée était scellée. «Étrange», a pensé le pauvre Jonathan, éberlué.

Pour s'occuper, il a décidé de distribuer les journaux. En s'arrêtant devant une maison, il a aperçu un bout de papier qui dépassait d'une haie. Il l'a tiré et a vu que c'était un journal. Il l'a pris dans ses mains pour le lire. Peut-être saurait-il ce qui était arrivé aux habitants de ce quartier.

Imprimer la version PDF