Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École Clément-Cormier
Bouctouche, Nouveau-Brunswick
10e année


Lire l'histoire 4.4 >>

Suite de l'histoire...

Cet homme à l'haleine de poisson me laisserait-il tranquille un jour? Ses yeux perçants m'hypnotisaient toujours et sa voix rauque m'effrayait. D'un mouvement brusque, il me tendit la main pour que je puisse me relever. Le vieillard s'approcha doucement de mon oreille et murmura une phrase qui me fit frissonner.

– Tu n'as presque plus de temps, tu dois trouver tous les mots avant la fin.

Je n'ai pas eu la chance de le questionner sur ma quête à travers tous les coins de rue pour trouver des mots, il s'éclipsa comme il avait l'habitude de le faire. Je me penchai pour ramasser le bout de papier fluorescent. J'avais enfin réussi à le rattraper malgré les défis que j'avais eus plus tôt.

Soudainement, on me bouscula, ce qui me fit tournoyer à quelques reprises sur moi-même. Habituellement, j'aurais été en colère contre cet étranger, mais grâce à lui, j'avais repéré un second morceau de papier.

De l'autre côté de la rue, dans une des vitrines des boutiques, il y avait cette feuille rose qui flottait dans l'air. Je me précipitai vers ce magasin pour récupérer ce papier. Un sentiment agréable monta en moi, la curiosité. Malgré ma vitesse, il m'échappa. Ce fichu papier, impossible à rattraper. Il survolait les maisons tranquillement, tandis que j'essayais, sans résultats concrets, de le reprendre.

À bout de souffle, je m'écroulai sur le trottoir rugueux. J'étais découragé, mais je n'abandonnerais pas, me disais-je. J'avais donné ma parole à cet aîné et je ferai tout pour retrouver ce mot. Je me relevai, encore plus confiant qu'il y a quelques secondes. Tout d'un coup, le papier rose fluorescent se dirigea vers une ruelle sombre et sinistre.

Au début, je n'osai pas m'approcher de cet endroit, mais je pris mon courage à deux mains et je m'y précipitai. C'est alors que le papier se déposa sur un joli panier de pétunias. Avant qu'il ne puisse s'échapper à nouveau, je me jetai dessus. Seuls deux mots : la clé. Cherche la clé. Ainsi se compliquait davantage ma recherche. Je devais chercher une clé, mais où devais-je aller?

C'est alors qu'une réponse vint subitement tout changer. Cette clé, elle était cachée à l'endroit exact où le papier avait atterri. Je plongeai mes mains dans la terre molle et froide. Je creusai d'arrache-pied, puis enfin je touchai un matériel solide. Sans hésiter, j'empoignai la clé et la soulevai dans les airs en signe de triomphe. J'étais tellement fier de moi! Jamais auparavant je n'avais réussi un tel exploit. Tous les éléments se rattachaient ensemble depuis cette trouvaille. La clé m'aiderait à faire réapparaitre tous les mots et toute la musique! Je devais tout simplement savoir comment y parvenir.

Je me tournai d'un coup sec pour retourner à la fontaine lorsque je frappai quelqu'un. C'était le vieillard qui m'avait retrouvé. Tout devint encore plus clair dans ma tête! Cet homme me donnerait un autre indice pour que je puisse sauver la langue et la musique.

Imprimer la version PDF