Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

Suite 1.2

Le Mascaret
Moncton, Nouveau-Brunswick
Francisation


Lire l'introduction 1 de Mélanie Daigle >>

Suite de l'histoire...

J'arrivais à l'école où il y a une fille qui a été méchante avec moi. Je l'ai vu tout de suite en entrant dans la cour d'école. Elle m'a dit des mots méchants, des choses qu'on ne devrait pas dire. Je me sentais mal.

Je me suis dirigée vers les toilettes et j'ai commencé à pleurer. Elle est entrée tout à coup et m'a dit : « Qu'est-ce que tu fais à la salle de bain? ». Je lui ai répondu tout de suite : « C'est parce que tu m'as dit quelque chose de mauvais ».

Elle a commencé à crier avec ses amis. Ils me criaient des choses pour que je me sente encore plus mal. Ils ont commencé à frapper la porte de la salle de bain avec leurs mains. Là, j'étais très fâchée!

Je suis sortie de la salle de bain et j'ai commencé à me chicaner avec eux. J'ai pris des verres de papier, je les ai remplis d'eau sale du robinet de la toilette des filles et je les ai jetés sur eux. Ils étaient encore plus fâchés.

Je me suis mise à courir vers la salle de classe et j'y suis entrée. Madame Mélanie et les élèves étaient là et ils étaient étonnés. Je me suis assise et le cours s'est continué. Cinq minutes plus tard, la fille méchante et ses amis sont arrivés. J'étais contente d'être en classe et qu'ils ne pouvaient rien faire. Je l'avais échappé belle, pour le moment.

Après quelques minutes, la cloche a sonné. Je suis allée dehors, puis j'ai couru à la maison pendant qu'ils me poursuivaient. Quand je suis arrivée à la maison, j'étais toute sale et fatiguée. Je suis entrée très vite et je ne voyais plus personne.

J'avais peur d'aller à l'école le matin suivant. Le lendemain, j'ai raconté à ma mère ce qui s'était passé et je lui ai demandé de m'apporter à l'école. Les filles méchantes ont vu que ma mère m'avait conduite à l'école, elles étaient cachées derrière leur capuchon. Elles me voyaient, mais moi je ne les avais pas vues.

Tout le monde s'est dirigé vers la classe. Ma mère, elle, s'est dirigée vers le secrétariat pour raconter ce qui s'était passé le jour précédent. La secrétaire a appelé les filles méchantes à l'interphone et elles se sont dirigées au secrétariat. Lorsqu'elles ont su ce qui se passait, elles étaient fâchées.

Comme si les choses n'allaient pas déjà assez mal, je passais dans le corridor à ce moment et elles ont fait tomber tous mes cahiers et mon agenda. J'ai ramassé mes choses, puis je suis restée là.

Les filles se sont dirigées au gymnase et elles ont pris un ballon qu'elles ont lancé pour me frapper sur la tête. Je suis tombée par terre. La secrétaire, qui avait vu ce qui s'était passé, les a envoyées en encadrement. Elles sont devenues encore plus fâchées. J'avais peur et je pensais que j'aurais à changer d'école. Qu'est-ce qui allait m'arriver?

Imprimer la version PDF >>