Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

Suite 1.4

École des Trois-Soleils
Iqaluit, Nunavut
6e à 9e année

Lire l'introduction 1 de Mélanie Daigle >>

Suite de l'histoire...

Je marchais dans le corridor principal en pensant au cours de « mathémaplate » que j'allais devoir subir dans quelques minutes. Toutefois, j'ai immédiatement arrêté de penser à ce cours ennuyant parce que devant moi, il y avait un nouvel élève, mais pas n'importe lequel : c'était le fils de la directrice.

Mes amies m'avaient raconté qu'il était beau, et je me suis rendu compte qu'elles m'avaient menti. Il n'était pas juste beau, il avait un sourire qui m'avait fait fondre comme une barre de chocolat oubliée dans une voiture lors d'une journée de canicule. Il avait un corps de rêve, musclé et délicat à la fois.

Soudain, contre toute attente, il m'a fait un signe de la main. Afin de ne pas me ridiculiser, j'ai regardé par-dessus mon épaule pour être certaine qu'il s'adressait bel et bien à moi. Je me suis retournée subtilement, mais il n'y avait personne. C'était donc bien à moi qu'il faisait signe!

En passant à côté de moi, il m'a gratifiée d'un petit rire mignon, auquel j'ai répondu bêtement par le sourire le plus niaiseux que je pouvais faire. Quelle idiote! Puis, il s'est éloigné lentement.

L'heure suivante m'a paru une éternité. Après mon cours en enfer, je me suis dirigée vers mon casier. Quand je l'ai ouvert, une petite note est tombée lentement à mes pieds en flottant. Le cœur emballé, la respiration comme arrêtée, je me suis penchée lentement pour ramasser le bout de papier sur lequel était griffonné un message. De plus près, j'ai vu que c'était xyz. Là, j'étais sur le point de m'évanouir... puis, mon cellulaire a sonné. C'était un texto de xyz. Quelle bizarre coïncidence!

« Rejoins-moi à 15 h 30 au parc de l'école. Je t'ai souri tantôt. xyz »

Fébrile, le cœur qui battait la chamade, je suis retournée à mes cours. La journée n'en finissait plus de finir... Je ne pensais qu'à xyz...

À 15 h 30 tapant, j'étais au parc, nerveuse. J'ai entendu derrière moi : « La nouvelle! Tu cherches xyz! Tu l'as trouvé! »
Je me suis retournée et j'ai constaté trop tard que j'étais dans le trouble. Un groupe de filles s'avançait vers moi.

Imprimer la version PDF >>