Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École Laurier
Montréal, Québec
6e année

Lire l'introduction 2 >>

Suite de l'histoire...

J'étais présentement sur le dos de mon griffon. Orcus, mon ami, était quant à lui reparti à cheval. L'œuf de Ragnarök était coincé entre le cou de ma créature et mon ventre. Du haut des airs, je pouvais contempler la magnifique vallée d'Ormane. Elle était vraiment ravissante avec ses immenses feuillus et tous ses oiseaux colorés qui chantaient à tue-tête.

J'approchai à l'instant de la maison de mon mentor, Augure de Verbouc. Cette maison était en réalité une vieille auberge abandonnée, dont les planches de bois qui avaient servi à sa fabrication étaient presque toutes pourries. La peinture rouge était, quant à elle, tout arrachée.

Après avoir caché mon griffon dans une petite forêt dense qui était dans les environs, j'approchai de cette habitation délabrée. Mon maître sortit alors, il avait sûrement dû m'apercevoir par une des nombreuses fenêtres ravagées. Je rentrai et vis mon demi-frère, Cartas, qui était encore assis sur le vieux fauteuil qui trônait au milieu de la plus grande salle, le salon. Bien entendu, il lisait une fois de plus son livre intitulé : « La nature, c'est amusant ». Ce qui me déplaisait le plus chez Cartas, c'était qu'il croyait avoir tous les droits puisqu'il était plus âgé que moi.

Je détournai mon regard de lui pour dire à mon maître ceci :

- J'ai réussi à prendre l'œuf de Ragnarök, grâce à votre pièce d'or.

- Je savais que ce vieux tour fonctionnerait. Aucun dragon ne peut résister à la tentation de tâter une pièce d'or. Va mettre cet œuf en sûreté dans ma chambre, me répondit-il.

Je m'engageai dans un étroit couloir qui me fit aboutir dans les appartements de mon maître. Je déposai l'œuf de dragon sur le bureau et retournai en vitesse au salon. Une fois revenu, mon mentor me dit :

- En fait, Doram, tu m'as bien dit que tu avais récupéré un seul œuf?

- Oui, répondis-je, légèrement inquiet.

- Alors retourne tout de suite à la grotte. La prophétie stipule que si nous voulons gagner la guerre contre les Elfes gris, il faut posséder deux monstres cracheurs de feu.

Je retournai chercher mon griffon dans la forêt et vis en même temps Orcus arriver. Je lui accordai à peine un regard avant de m'envoler dans les cieux. Je repris le même chemin que la dernière fois, mais cette fois, pas question d'admirer le paysage. Je dis à ma créature d'accélérer. Pour votre information, mon pouvoir me permet de communiquer avec les animaux.

Quand je vis la grotte à l'horizon, je remarquai une forme floue qui fonçait en ma direction. Elle était sur le dos d'un gigantesque oiseau et arborait aussi les couleurs des Elfes gris. Soudainement, je compris que cette apparition était nulle autre qu'Akram, le prince des Elfes. Je pris mon arc et mon carquois et je dégainai une flèche pour la tirer en direction du gros volatile. Heureusement, la flèche arriva à bon port. La monture du prince se mit à perdre de l'altitude rapidement. Elle s'écrasa dans la vallée d'Ormane.

Imprimer la version PDF