Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École St-Isidore
Laverlochère, Québec
5e année

Lire l'introduction 2 >>

Suite de l'histoire...

Dès que je suis arrivé au village, je repartis pour aller au château de mon roi avec l'œuf de dragon. Il fallait traverser des contrées oubliées depuis fort longtemps. Ces contrées étaient, selon des légendes, hantées par des spectres effroyables et des monstres que personne au monde n'aurait pu imaginer.

Mais dès que je suis parti, l'œuf a éclos et une lumière aveuglante a envahi la contrée de Greccia puis un dragon aux écailles bleutées vertes en est sorti. C'était LE Dragon Légendaire, le plus formidable du monde. J'étais ébloui par sa beauté. Je suis allé me coucher dans une grotte avec Göldorac, mon extraordinaire dragon.

Le matin, quand je me suis réveillé, j'ai vu que Göldorac n'était plus là. Je suis sorti et je l'ai aperçu, il était en train de voler, je le trouvais si magnifique. Soudain, Ragnarök est arrivé au-dessus de moi. Je me demandais pourquoi elle était là. Je croyais qu'elle était morte grâce à la pièce d'or. Il fallait trouver une solution et vite!

Tout à coup Göldorac m'a emporté avec lui dans les airs. C'était très impressionnant de voir les beaux paysages. Mais Ragnarök nous poursuivait dans les airs et nous crachait du feu dessus. Nous évitâmes de justesse le projectile de feu. Mais le deuxième nous frappa de plein fouet. Il nous projeta par terre. Göldorac était blessé. Il avait une aile fracturée.

Je l'ai pris et je suis parti voir Augure de Verbouc au château de Komodo, mais je voyais l'ombre de Ragnarök nous suivre à une vitesse incroyable!!! Mais juste avant d'arriver au château, Ragnarök nous cracha une boule de feu gigantesque, mais j'ai réussi à la maîtriser avec mon pouvoir d'eau. Ensuite, nous sommes entrés au plus vite dans la bâtisse.

Dès mon entrée, les gardes m'ont appris que Augure n'était pas là! Et j'ai cédé à la pression de savoir cela. Quand je me suis réveillé, quelques heures plus tard, Augure était là devant moi. Je n'ai même pas pris le temps de le saluer, que je le questionnais :

- Est-ce que tu es capable de soigner mon dragon? Il s'est fracturé une aile.

- Je vais voir ce que je peux faire.

Je suivis ce dernier à son atelier de travail. Augure prit du tissu et un bâton pour fabriquer une aile artificielle. J'étais très heureux de savoir qu'il pouvait soigner mon dragon. Quand nous sommes sortis, voyant Göldorac dans cet état, je me suis dit qu'il avait sûrement faim. Je lui ai apporté un cheval qu'il mangea en deux temps trois mouvements! J'ai attendu quelques jours pour qu'il se remette de sa blessure. Et je lui ai appris à se battre, à se défendre, à cracher du feu et des boules de glace. Bref, tout ce qu'il devait savoir pour être un bon dragon. Puis, nous sommes partis pour la contrée de Sascanne.

Imprimer la version PDF