Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École Laurier
Montréal, Québec
6e année

Lire l'introduction 3 >>

Suite de l'histoire...

Louis et Tania s'arrêtèrent un instant et écoutèrent les bruits de la forêt. Les hululements lointains des hiboux et des chouettes leur glaçaient le sang. C'était comme dans un film d'horreur. Louis regrettait d'être venu. Ce qu'il était bête d'avoir cru les dires de Karl! Celui-ci n'était pas encore arrivé et Louis commençait à s'inquiéter :

- Crois-tu qu'il va venir? Je veux dire, peut-être qu'il a dit ça pour niaiser et qu'il ne viendra pas!

- Tu es vraiment trouillard! Il viendra. Enfin, j'espère, lui répondit Tania, peu convaincante.

Finalement, après une dizaine de minutes d'attente passées dans l'inquiétude, Karl se pointa à côté d'eux.

- Bon, assoyons-nous en cercle autour de ce tronc d'arbre, dit-il en en pointant un.

Une fois assis, Karl apprit une chanson indienne à ses deux amis.

- Maintenant, en se prenant par la main et en chantant cette mélodie tous en même temps, il va se produire ce que j'ai raconté à Louis. Vous êtes prêts?

Louis et Tania hochèrent la tête et entonnèrent le chant indien avec leur ami. Au moment exact où ils terminèrent la chanson, un phénomène extraordinaire se déroula sous leurs yeux : sur le tronc apparut une femme indienne dans la cinquantaine.

- Seigneur, comment avez-vous fait pour me délivrer?!

Louis et Tania regardèrent Karl, incrédules.

- C'est un hologramme, n'est-ce pas?, demanda Tania.

- Un hologramme?! Merci!, s'exclama sarcastiquement la dame. Serre-moi la main et tu verras, je suis réelle. Je m'appelle Kesechuak. Enchantée!

Elle tendit sa main à la jeune fille, et celle-ci la prit avec méfiance. Tania se tourna vers Karl et lui demanda comment il avait appris ce sortilège de délivrance. Le garçon se mit donc à leur expliquer qu'en fouillant dans le grenier de sa maison, il avait trouvé un vieux livre poussiéreux. Il l'avait ouvert et y avait découvert des légendes indiennes. Il y en avait une qui avait particulièrement attiré son attention : La légende de Kesechuak.

C'était l'histoire d'une jeune femme qui se promenait seule dans la forêt en cueillant des champignons. Malheureusement, elle n'avait pas réalisé qu'elle avait pénétré sur le terrain d'une affreuse sorcière. Celle-ci l'avait aperçue et transformée en tronc d'arbre. Depuis ce temps, Kesechuak avait vieilli et sa famille lui manquait énormément.

- J'avais été intéressé par cet étrange récit et je voulais savoir si c'était vrai, continua Karl. Par contre, pour la délivrer, il fallait être au moins trois.

- Tu es sûr que c'est pour ça que tu nous as invités?, le nargua Tania. Ce n'est pas parce que tu avais peur de subir le même sort que Kesechuak, n'est-ce pas?

- Euh, non, pas du tout!, mentit Karl, vexé. Qu'allons-nous faire d'elle, maintenant?, continua-t-il en pointant la dame.

Les trois adolescents se dirigèrent vers le village.

- Nous allons te trouver une maison, Kesechuak, la rassura Louis.

Ces paroles l'apaisèrent, mais elle se demandait tout de même si sa famille était encore vivante, et advenant que oui, s'ils la retrouveraient.

Imprimer la version PDF