Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École Laurier
Montréal, Québec
6e année

Lire l'histoire 2.22 >>


Je compris alors que le dragon venait de naître. De la manière qu'il avait dévoré les meubles de mon mentor, je sus assez rapidement, que si je ne lui apportai pas quelque chose à manger, c'est moi qui y passerais. J'ouvris la porte du garde-manger et je pris un saucisson. Je le lançai aussitôt au pied de la créature. Il le goba d'un coup, en faisant de gigantesques bruits de succion. Puis, il cracha une flammèche qui me confirma qu'il aimait cet aliment.

Je décidai alors d'aller montrer mon nouvel animal de compagnie à mon partenaire, Griffon. En route, je trouvai un nom pour mon nouveau compagnon : Bobby. Une fois le trajet complété, j'arrivai devant la maison de mon ami. Je cognai. Je savais qu'il n'était pas à l'école, car en revenant de notre quête, il m'avait dit qu'il ne se sentait pas bien et qu'il manquerait sûrement un ou deux jours d'école.

Griffon ne mit pas trop de temps avant de m'ouvrir sa porte. J'avais heureusement réussi à camoufler le dragon dans mon dos, car sinon il m'aurait claqué la porte au nez. Je décidai de lui dévoiler la présence du fils de Ragnarök seulement après avoir échangé quelques mots de politesse, comme « Bonjour » ou encore « Comment ça va? »

Après qu'il eut aperçu mon dragon, ses premiers mots furent : « Au secours! »

- Il s'appelle Bobby, répondis-je.

- Tu as donné un nom à cette horreur?

Le dragon, qui avait dû comprendre notre conversation grâce à la gestuelle de mon compagnon, s'avança en direction de mon ami. Il était très agressif. Je me dépêchai alors de me placer entre lui et Griffon. Je plaçai également ma main en avant de moi pour que Bobby arrête. Je me surpris à regarder ses yeux, ils étaient braqués sur moi comme s'il m'obéissait au doigt et à l'œil.

Un détail me revint alors à l'esprit, la mère d'un dragon était la personne que la créature voyait en premier; pour Bobby, c'était moi. Je laissai quelques minutes à mon compagnon de classe pour qu'il revienne de sa surprise. Ensuite, je lui demandai d'aller chercher un livre de dragons dans son énorme bibliothèque qui occupait tout un mur. Il me le rapporta quelques secondes plus tard.

Je lus plusieurs chapitres qui ne m'apprenaient rien de plus que ce que j'avais étudié en classe. Après quelques autres chapitres, j'en trouvai un qui m'intéressa : Prophétie draconienne. Je regardai tous les sous-titres, je remarquai alors qu'il y en avait un qui se nommait Ragnarök. «Lors d'un combat mortel, Ragnarök se fera voler l'un de ses œufs. Les voleurs ne remarquèrent pas le deuxième œuf. Ce dernier éclora dans la grotte maudite». La page suivante était collée à la seconde. Griffon me proposa alors d'aller chez Augure pour voir s'il était revenu; pendant ce temps, il trouverait un moyen de les décoller. Je partis rapidement. Durant le trajet, un cri parvint à mes oreilles. Je levai la tête et vis un autre dragon.

Imprimer la version PDF