Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

Carrefour de l'Acadie
Dieppe, Nouveau-Brunswick
8e année

Lire l'histoire 2.7 >>


Nous nous dirigeâmes vers nos foyers respectifs pour voir ce qu'ils étaient devenus. Je distinguai ma demeure parmi les autres grâce au pendentif luisant dans les cendres qui avait jadis appartenu à ma mère. Le saphir toujours intact sur sa monture argentée devint peu à peu de couleur écarlate à mon approche. Je m'aperçus du changement extraordinaire qui se produisait en même temps avec mon pendentif. Comment expliquer ce phénomène étrange et insolite?

Je saisis le pendentif et je sentis un frisson envahir mon corps. En observant de plus près, je vis une fissure se développant dans le cœur du saphir qui ressemblait maintenant plutôt à un rubis. Il se désintégra en plusieurs particules poudreuses qui furent emportées par une puissante rafale de vent. Elles laissèrent place à un portrait de teinte sépia de ma mère, Adélie. Le pendentif réapparut près du cadre. Je levai doucement le coin du portrait pour découvrir un parchemin jauni par le temps. Il y était inscrit un message : « survole tous les obstacles sur ton chemin vers une nouvelle terre. »

J'étais perplexe. Qu'est ce que ma mère voulait me faire comprendre? Nous marchâmes silencieusement vers le reste du groupe qui nous attendait. Le chef déclara que nous passerions la nuit dans son village. Après la courte marche requise pour s'y rendre, nous nous endormîmes rapidement.

Le dragon me réveilla à l'aube en émettant des cris aigus. Je réveillai à mon tour mes fidèles amis et nous partîmes vers la vallée, près du village, pour discuter sans réveiller les autres. Nous prîmes la décision d'élever le jeune dragon.

En revenant au village, nous demandâmes au chef d'être exclus du groupe pour un certain temps. Pendant les semaines qui suivirent, nous consacrâmes la plupart de notre temps à entraîner le dragon que nous avions nommé Luciffon.

Un mois passa et il était maintenant temps de monter le dragon; je m'approchai de lui et me hissai sur son dos. Il resta calme. Je donnai un coup de talon pour qu'il avance et il obéit. Je donnai le signal pour qu'il s'envole, il prit son élan et s'envola sans problème. Je lâchai un cri de joie en planant dans le ciel. J'essayai d'exécuter les manœuvres que j'avais apprises à Luciffon, puis il se débrouilla assez bien.

Tout à coup, je repensai à l'énigme que ma mère m'avait laissée. Il m'était maintenant évident que je devais me rendre à un certain endroit à dos de dragon. Comment savoir où se trouvait cette destination mystérieuse? Je passai la nuit plongée dans mes pensées.

Le lendemain matin, quand je pris mes vêtements dans mon sac, le médaillon de ma mère tomba. Je le pris et le plaçai à coté du mien. Ils étaient presque identiques sauf que le coté droit du mien était légèrement concave. J’avais toujours pensé qu'il était brisé, mais en le rapprochant de celui de ma mère, ils se connectèrent. C'était comme deux aimants qui ne pouvaient plus être séparés. À cet instant, j'entendis Luciffon pousser un cri strident. J'enfilai les médaillons autour de mon cou et je couru vers le dragon.

Une fois arrivée, je vis Cléra et Marik essayer de calmer Luciffon qui semblait agité. On aurait dit qu'il voulait nous communiquer quelque chose. J'enfourchai Luciffon et j'entraînai mes deux compagnons avec moi. Luciffon s'envola sans même que je le lui ordonne. J'essayai de le manœuvrer, mais il ne m'écoutait pas. Il volait à pleine vitesse comme s'il était possédé.

Après environ trois heures, Luciffon descendit vers ce qui avait l'air d'une vallée. Il se posa au sommet d'une montagne surplombant une gigantesque vallée traversée par une gigantesque rivière. Ce qui était encore plus étonnant était qu'elle était pleine de villageois et de dragons!

Imprimer la version PDF