Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

École Henri-Forest
LaSalle, Québec
4e année

Lire l'histoire 4.4 >>

Suite de l'histoire...

Mémère ouvre la porte et elle reconnaît le postier. Elle se souvient de lui. En effet, quand ils étaient au secondaire, elle l'intimidait avec sa bande d'amis. À l'époque, la famille du postier était très pauvre et c'est pour cela que les élèves de l'école se moquaient de lui.

Mémère était complètement rouge comme une tomate. Le postier Paul sentait les larmes lui monter aux yeux, la revoir était très difficile pour lui et les nombreux mauvais souvenirs lui remontaient en tête.

En bégayant, Mémère dit b.b.b.bonjour. Elle décide de le faire entrer et de lui donner un thé pour le calmer. Ils commencent à discuter tout en faisant un petit tour de la maison. Ils vont s'asseoir au salon pour continuer la conversation. Ils commencent à parler de leur jeunesse à l'école Cavelier-de-LaSalle.

Paul, se souvient des railleries des autres jeunes comme se faire pousser, se faire dire des mauvais mots et se faire lancer ses cahiers par terre. On se moquait de ses vêtements en criant qu'il était pauvre et laid. En plus, Paul arrivait toujours en retard à l'école parce qu'il voulait y rester le moins possible. Il se sauvait aussi, mais ses parents le forçaient à y aller. Malheureusement, à cause de ses retards, Paul était toujours en retenue très tard le soir.

Mémère était très populaire, elle ne voulait pas se faire menacer comme lui, alors elle participait aux méchancetés avec les autres. Elle se sentait très forte entourée de ses copains. Mémère ne voulait pas vraiment se faire influencer, mais elle participait quand même pour ne pas être rejetée. Au fond d'elle, elle l'aimait de tout son cœur de jeune adolescente.

Tout à coup, Paul frappe avec son poing sur la table. D'un ton sévère, Paul avoue qu'il l'aimait à l'époque, mais, au fond de lui, il sait très bien qu'il l'aime encore. Après toutes ses émotions, Paul doit continuer à livrer ses lettres. Le temps presse et il a dans sa main une lettre de petits-fils. Mémère lui prend le bras. Elle sort la lettre de méchancetés et elle la déchire. Elle dit à Paul qu'elle a toujours su dans son cœur qu'ils devaient être ensemble. On entend le bruit d'un gros camion.

Vieillesse la Mode, l'amie de Mémère, arrive de son cours de tricot. Elle remarque que son amie discute avec un homme dans l'entrée. Elle s'exclame : Est-ce que ton nom c'est Paul? Vieillesse la Mode se souvient que Paul était très bizarre. Il était tellement renfermé sur lui-même qu'il écrivait des romans avec une écriture à l'envers. Elle panique et commence à avoir chaud. Que fait cet homme bizarre ici et pourquoi Mémère n'est-elle pas à l'hôpital? D'un coup sec, Paul pousse la Mémère dans la maison. Vieillesse la Mode hurle, mais elle n'arrive pas à temps à la porte. La porte se referme.

Imprimer la version PDF