Semaine nationale de la francophonie

Histoires collectives

Introduction Développement 1 Développement 2 Conclusion et titre

Martine Noël-Maw
Ouest et territoires
Auteure

École Boréale
Ponteix, Saskatchewan
1re et 3e année

École Camille-Vautour
Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick
2e année

École Paul-Le Jeune

Saint-Tite, Québec

Secondaire 4 - groupe 442

Une sacrée surprise

Quand mon frère et moi étions petits, nos parents nous racontaient souvent des histoires à l’heure du coucher. Maman lisait des légendes de chevaliers et de princesses dans de beaux albums aux images colorées, tandis que papa nous faisait rire ou trembler de frayeur avec sa propre imagination.

Dans les histoires de papa, le traîneau du père Noël n’était pas tiré par de vulgaires rennes, mais par des « chevreuils de pluie », des animaux que j’imaginais avec un nez rouge, bien sûr, mais aussi avec de grands yeux larmoyants et un imposant panache qui perçait les nuages pour faire tomber la pluie et engendrer des arcs-en-ciel.

Je dois préciser que le caractère parfois étrange des récits de mon père vient du fait que sa langue maternelle est l’anglais. C’est ainsi que les reindeers du père Noël sont devenus des « chevreuils de pluie ».

De toutes les histoires qu’il a inventées pour nous, ma préférée demeure celle de Jonathan, le paperboy devenu « garçon de papier ».

– Un matin, Jonathan passait sur le « marchoir » devant une maison abandonnée quand...

– Un « marchoir »? Ça n’existe pas! C’est un trottoir!

– Non, les enfants. Le garçon de papier ne trotte pas, il marche!

Mon frère et moi riions en gigotant sous nos couvertures.

– OK then. Jonathan passait sur le trottoir devant une maison abandonnée quand il est tombé dans un « homme trou ».

– Un « homme trou »? dit mon frère.

– Oui, a man hole, you know?

– Ah! C’est un trou d’homme, dis-je.

– Bon, vous arrêtez de m’interrompre sinon, no story tonight!

J’ai serré les lèvres.

– Jonathan est tombé dans un trou d’homme avec son gros sac rempli de « papiers ».

– Rempli de journaux, dit mon frère.

– Chut! Laisse-le continuer…

Jonathan est tombé sur une roche pointue et s'est cassé la jambe. Il est inconscient et quand il se réveille, il voit beaucoup d'araignées autour de lui. Il essaie de grimper en se tenant sur des roches, mais il retombe.

Quelqu'un voit Jonathan et essaie de l'aider. Mais il tombe à son tour dans le trou. Il essaie donc d'aider Jonathan à se lever et décide de marcher un peu pour trouver une sortie. Tout à coup, des chauves-souris volent au-dessus de leur tête. Les chauves-souris leur montrent un chemin, mais elles les amènent aux égouts où il y a des crocodiles. Les deux garçons s'enfuient en courant...

Les deux garçons s'enfuient en courant, mais les crocodiles les suivent toujours en faisant claquer leurs dents. C'est alors que des chauves-souris apparaissent à nouveau dans l'obscurité pour les aider à retrouver leur chemin.

Tout à coup, les chauves-souris disparaissent dans le noir. Alors, les deux enfants grimpent rapidement dans l'arbre pour que les crocodiles ne les rattrapent pas. Contents, Jonathan et Louis découvrent deux lianes. Ils attrapent chacun une liane et se balancent jusqu'à l'autre bord de la rivière.

Soudainement, les deux nouveaux amis se retrouvent face à une forêt magique. Ils sont surpris de voir des arbres multicolores marcher, des fleurs chanter et danser ensemble.

Brusquement, des animaux accourent de partout.

Les jeunes estomaqués se font aborder par un arbre magique :

- Allez les jeunes! Dépêchez-vous! On vous attend depuis un moment.

- Mais… on se connait?

- Oui, on se connait. Vous êtes les acteurs principaux de cette pièce de théâtre.

- Dans un égout?

- Si! Nous sommes des gens réservés! Pour la plupart, nos familles et amis nous empêchent de pouvoir être autre que soi-même.

- Mais dans quel monde habitez-vous donc?

- Ceci peut vous paraitre assez étrange, mais cet égout est complètement propre. Nous y tenons beaucoup. Grâce à celui-ci, nous sommes « happy ».

- Ça nous parait intéressant.

Ils allèrent tous ensemble pratiquer la pièce de théâtre. Louis se retourna et aperçut à nouveau les crocodiles. Mais cette fois, ils avaient une tête de crocodile en peluche dans les mains.

Imprimer la version PDF