Stages en enseignement dans les communautés francophones

Jessica Paris — Premier article

<< Retour aux stagiaires

 

 


En route vers une nouvelle aventure!

Bonjour,

je m’appelle Jessica Paris et j’ai 22 ans. Je suis originaire de la ville de Québec et j’habite encore à cet endroit. Je me définis comme une personne passionnée et aventurière qui aime surmonter des défis. Je suis toujours à la recherche de nouveauté pour ainsi m’épanouir pleinement. De plus, j’adore être active, ce qui explique mon implication dans diverses pratiques sportives telles que la planche à neige, le volleyball, la randonnée pédestre et plus encore. Je suis actuellement étudiante en troisième année au baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire (BEPEP), à l’Université du Québec à Rimouski, campus Lévis. Avec grande excitation, dans moins d’un mois, je me dirigerai vers une province très éloignée de la mienne, au Yukon, à Whitehorse. Les mots me manquent pour exprimer ma joie à l’égard de cette expérience qui sera très enrichissante pour mon bagage personnel, professionnel et culturel. Mon ouverture d’esprit, mon sens de la découverte ainsi que ma facilité d’adaptation me permettront d’apprécier et de tirer le maximum de cette occasion unique.

 

Tout d’abord, je suis grandement motivée à faire ce stage, car cela répond à mes aspirations professionnelles et personnelles. À vrai dire, depuis mon entrée à l’université, je souhaite fortement faire un stage dans l’Ouest canadien. Je veux faire la différence auprès des élèves, mais aussi auprès de la communauté francophone minoritaire. J’ai hâte de vivre cette expérience, car j’en apprendrai davantage sur la culture francophone dans une province autre que la mienne. De plus, cela m’aidera à parfaire mon langage oral et écrit afin de m’exprimer le mieux possible auprès des personnes que je côtoierai (élèves, collègues, parents, etc.). Pourquoi dis-je que mon français va s’améliorer grâce à mon expérience au Yukon? La raison est fort simple. Je devrai réduire l’emploi d’anglicismes et d’expressions québécoises, car ces dernières pourraient être mal comprises par la communauté. De ce fait, je devrai m’assurer d’utiliser les bons termes pour ainsi me faire comprendre et être claire dans mes propos. Quoi qu’il en soit, je suis plus que motivée à commencer cette belle aventure.

Ensuite, ce stage sera indéniablement différent de ceux réalisés précédemment. C’est une des raisons pour laquelle je suis impatiente d’arriver à Whitehorse et de vivre au sein d’une nouvelle communauté tout en apprenant de nouvelles choses. J’ai hâte de connaitre mes élèves, leurs parents, le personnel, la communauté et sans oublier mon enseignante associée. Cette dernière m’en apprendra assurément sur les méthodes pédagogiques utilisées pour enseigner à de jeunes enfants de quatre ans et j’en suis impatiente. Eh oui, une maternelle quatre ans! Je considère cela comme une chance unique dans mon parcours universitaire, car il est plutôt rare d’obtenir un stage à ce niveau, ici, à Québec.

Finalement, en plus de vouloir découvrir la belle province du Yukon, je souhaite expérimenter de nouvelles approches pédagogiques. De cette façon, je pourrai les réutiliser dans ma future carrière en enseignement. Comme je souhaite grandement m’exiler dans un milieu francophone minoritaire à la fin de mon baccalauréat, je pourrai réinvestir ses nouvelles connaissances. Bref, afin de profiter au maximum de cette expérience, je désire m’impliquer dans l’école et dans la communauté tout en créant des liens significatifs avec les personnes que je côtoierai.

Je tiens à remercier l’Association canadienne d’éducation de la langue française qui me permet de vivre une expérience unique. Celle-ci sera certainement inoubliable dans mon parcours universitaire.