Stages en enseignement dans les communautés francophones

Laurence Lafond — Premier article

<< Retour aux stagiaires

 

 


Une autre corde s'ajoute à mon arc!

Depuis le début de ma formation, je me plais à essayer différentes avenues en éducation. Qu’il s’agisse d’un milieu d’enseignement privé, d'une commission scolaire que je ne connaissais pas ou encore apprendre d’un enseignant associé masculin, je profite de mon passage à l’université pour expérimenter plusieurs aspects de l’enseignement. Il est évident que l’expérience de stage qui s’offre à moi, à Campbell River dans une école en milieu minoritaire, sera elle aussi fortement différente de ce que j’ai pu connaitre, et ce, sur différents plans. En réalité, je ne sais pas trop concrètement à quoi m’attendre, mais j’ai quand même ma petite idée sur ce que je pourrais vivre comme… dépaysement!

Quant aux élèves et leurs familles, je m’attends à ce que ceux-ci aient une curiosité ou une soif d’apprendre surprenante. Certains élèves québécois sont passionnés lorsque j’arrive dans leur classe et veulent en apprendre sur moi parce que je suis nouvelle parmi eux et dans leur entourage. Par contre, ils ne souhaitent pas en apprendre sur ma culture, puisque nous partageons sensiblement la même. C’est pour cette raison que je crois que les élèves de Campbell River auront une curiosité culturelle plus importante que les élèves du Québec. Ils seront probablement tentés de poser davantage de questions, tout comme je le serai. D’ailleurs, c’est principalement ce qui me motive à réaliser ce stage : réaliser un échange de culture, de curiosité et de découvertes! En ce qui concerne les familles des élèves colombiens, je ne sais pas du tout quelle sera ma relation avec celles-ci étant donné que je ne les côtoie pas vraiment non plus dans le cadre de mes stages à Québec. Je pense qu’elles seront peut-être plus collaboratives ou impliquées dans la réussite scolaire de leurs enfants, car ceux-ci évoluent dans un milieu minoritaire, qui me parait devoir recourir à beaucoup d’encadrement pour assurer la qualité des services éducatifs.

Si je pense plutôt à mon enseignante associée et à mes futurs collègues, je suis convaincue que j’en apprendrai beaucoup. Je suis si motivée d’en connaitre davantage sur la réalité d’une enseignante en milieu minoritaire. J’ai réalisé beaucoup de recherches sur le sujet, mais ce n’est jamais aussi convaincant que lorsque je consulte de réels témoignages. Les jeunes de mon futur milieu de stage correspondent à une clientèle qui m’intéresse beaucoup et je compte sur mes collègues et mon enseignante associée pour répondre à tous mes questionnements et mes interrogations concernant l’enseignement qu’ils leur offrent.

Enfin, je pense que la communauté en général est l’élément le plus motivant pour moi dans l’aventure qui s’en vient. J’ai souvent lu ou retenu que pour que le milieu minoritaire survive, il y a toute une implication qui est nécessaire de la part de tout un chacun. J’ai donc hâte de constater à quel point la communauté francophone de Campbell River s’implique quotidiennement pour assurer son bon fonctionnement et ses bénéfices auprès de ses membres. Je souhaite sincèrement me sentir comme l’une des leurs et pouvoir laisser ma marque au sein de leur communauté au bout de mes huit semaines de stage!