Stages en enseignement dans les communautés francophones

Stéphanie Carrier — Premier article

<< Deuxième article de Stéphanie

<< Retour aux journaux des stagiaires

 

 


Un rêve qui se réalise

Bonjour,

Je m’appelle Stéphanie Carrier et je suis étudiante en troisième année au baccalauréat en enseignement primaire et préscolaire à l’Université du Québec à Rimouski, campus Lévis. Depuis ma première année à l’université, je rêve d’effectuer un stage hors du Québec. Ça y est ! Mon rêve se réalisera sous peu. Dans quelques semaines, je quitterai le Québec afin d’aller enseigner à Kelowna en Colombie-Britannique.

Plusieurs raisons m’ont amené à faire ce stage. Tout d’abord, je suis une personne qui est avide d’apprendre, qui aime l’aventure, les voyages et les défis. Ainsi, par cette expérience enrichissante dans un milieu minoritairement francophone, je serai en mesure de porter un regard différent et nouveau sur la plus belle profession qu’il y a, soit celle d’enseignant. En allant faire un stage dans l’Ouest canadien, je serai amenée à me dépasser de façon quotidienne, à découvrir la langue française sous un nouveau jour ainsi qu’une culture différente de celle du Québec.

J’ai bien hâte de vivre cette expérience afin de découvrir une culture française minoritaire dans un milieu majoritairement anglophone. Par ce stage de huit semaines, je constaterai comment les enseignants parviennent à valoriser notre langue française afin qu’elle soit présente dans le milieu et que les élèves se rendent compte de toute sa richesse ! Je suis curieuse de voir la façon dont les enseignants y arrivent et comment, moi, Stéphanie Carrier, j’y parviendrai. Bien sûr, je devrai jouer un rôle de modèle auprès de mes élèves ainsi que des parents. D’ailleurs, je suis impatiente de côtoyer la communauté francophone et les familles de cet endroit. Je souhaite sincèrement avoir l’occasion de collaborer avec celles-ci afin d’en apprendre davantage sur leur milieu et leur culture.

Cette expérience me permettra également d’enrichir ma pratique et d’améliorer mon bagage professionnel. En effet, je travaillerai avec un programme d’enseignement différent du nôtre et je devrai probablement utiliser des approches pédagogiques toutes aussi différentes. Ainsi, ces façons d’enseigner influenceront l’enseignante que je suis en voie de devenir tout comme le développement de mes compétences professionnelles. D’ailleurs, je pourrai réinvestir les pratiques qui me rejoignent lors de mon enseignement futur dans les écoles québécoises.

Aussi, j’ai hâte de découvrir la dynamique qu’il y a dans mon école de stage. Contrairement au Québec, l’école de l’Anse-au-Sable éduque des élèves de la maternelle jusqu’à la douzième année. Cela sera sans doute très différent de ce que j’ai vécu jusqu’à présent dans mes stages antérieurs. Il sera également intéressant de constater les projets faits ainsi que la présence et l’utilisation de ressources tant matérielles que professionnelles. De plus, étant une personne enjouée, sociale et dynamique, j’ose espérer que je m’intègrerai bien dans le milieu et que je serai en mesure de créer de beaux liens significatifs avec les personnes que je côtoierai dans les huit prochaines semaines. Je souhaite m’impliquer pleinement dans le milieu scolaire ainsi que dans tous les projets qui seront à ma portée. J’aspire vivre chaque moment pleinement afin d’en ressortir à la fois grandie, mais également épanouie !

Enfin, cette expérience hors du commun me permettra sans doute d’en apprendre sur moi-même au niveau personnel et professionnel. Je souhaite aussi pouvoir « laisser ma marque » auprès de mes élèves, de mon enseignante associée ainsi que de mes collègues. Autrement dit, d’une certaine façon, ils me feront probablement tous énormément grandir et ils m’apporteront beaucoup. De mon côté, je souhaite pouvoir faire de même avec ceux-ci et pouvoir laisser mon « grain de sel » québécois dans ce milieu qui m’est encore inconnu.