Stages en enseignement dans les communautés francophones

Stéphanie Côté — Premier article

<< Deuxième article de Stéphanie

<< Retour aux stagiaires

 

 


L'opportunité d'une vie

Bonjour, je m’appelle Stéphanie Côté et j’ai 22 ans. Je suis actuellement étudiante de 3e année au baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire à l’Université du Québec à Rimouski, campus de Lévis. Cet automne, ma candidature pour participer à ce stage hors Québec n’a pas été retenue, mais au cours des dernières semaines, j’ai eu la chance de prendre place au sein du groupe. Une opportunité comme celle-là ne se refuse pas ! Dans quelques semaines, je partirai pour Chatham-Kent en Ontario afin d’effectuer un stage de huit semaines dans une classe de 6e année où j’enseignerai le français à mon groupe et les mathématiques aux trois groupes du 3e cycle.

Ce stage m’avait interpelée dès la première année du baccalauréat, car je suis une personne qui aime les défis, les voyages, les nouveaux visages et je suis une curieuse de la vie en général. C’est pour moi un moyen de découvrir un milieu minoritairement francophone et d’en apprendre davantage sur cette réalité. La langue française est quelque chose de complexe, mais malgré tout, importante à conserver. Ce sera un défi de taille pour moi, car les exigences seront plus élevées qu’ici quant au modèle que je devrai être par rapport à la langue française. Je vois cette expérience comme étant très enrichissante.


Je serai dans une école catholique élémentaire où l’équipe semble très liée. Je suis impatiente d’en apprendre plus sur leur réalité francophone dans une ville anglophone et de voir comment ils continuent d’être aussi motivés, année après année, dans un milieu où ils sont minoritaires. Je souhaite m’intégrer correctement dans l’équipe ainsi que dans la communauté. Huit semaines c’est vite passé, mais je suis certaine qu’avec mon côté très créatif, je saurai m’adapter rapidement. Je souhaite également contribuer à la réussite des élèves et au bon développement de la langue française dans leur parcours. J’aimerais donner le goût, ne serait-ce qu’à un seul élève, de s’impliquer davantage dans sa communauté afin qu’il comprenne l’importance de conserver cette langue qu’est le français. Je suis persuadée que je ferai l’acquisition d’un million de connaissances qui me seront très utiles par la suite au Québec.


Contrairement à un stage près de chez moi, celui-ci me pousse à sortir de ma zone de confort et à devoir m’adapter à une nouvelle école, à une nouvelle ville, à une nouvelle maison et à de nouvelles personnes. Je suis heureuse de réaliser ce stage, car cela me permettra d’apprécier davantage ma ville et ma province où je suis comprise partout où je vais. J’en apprendrai certainement plus sur moi-même, sur mes préférences, mes limites, mes points forts et mes points faibles durant ces huit semaines. Je compte sur mon enseignante associée pour me guider à travers ces questionnements importants. Je suis persuadée que ce stage me permettra de faire de bonnes réflexions personnelles quant à mon désir d’être enseignante.


J’ai extrêmement hâte de vivre cette expérience et je me considère chanceuse de pouvoir aller côtoyer des personnes qui travaillent avec acharnement afin de conserver la langue française dans le pays. J’espère que je saurai ajouter ma touche et ma couleur dans cette œuvre qui semble déjà bien entamée.