Prix Passeur culturel

Madame Carole Papineau (Ontario)

Récipiendaire 2019

 

Née au Québec, Carole Papineau s’est installée à Belle-Rivière (Ontario) à 17ans. Étudiante dans une école anglophone à son arrivée, sa participation à la lutte pour la première école secondaire de langue française de Windsor-Essex a marqué son éveil culturel. Elle a intégré l’école secondaire catholique l’Essor en 1982 où elle a mis sur pied le premier programme d’animation culturelle dans le Sud-Ouest. Elle croit profondément dans la voix des élèves et dans le leadership partagé. Pendant toute sa carrière comme animatrice culturelle, puis agente de liaison communautaire, elle a élaboré plusieurs projets d’envergure pour stimuler l’identité culturelle des jeunes.

Elle a contribué étroitement à l’organisation du Festival francophone du Sud-Ouest pour les écoles et la communauté. Pendant plus de 16 ans, Carole a organisé la soirée Bols vides où élèves, parents et membres du personnel partagent traditions culinaires et leurs savoir-faire respectifs, pour amasser des fonds pour les missions. Elle a instauré le Café chantant lors de la semaine du Grand partage et depuis plus de 17 ans, les chorales scolaires et la chorale communautaire se rassemblent pour offrir des chants de Noël et amasser des denrées pour les plus démunis.

Elle a été responsable du projet Idole en Essor pendant 15 ans, une compétition artistique pour les élèves du Conseil scolaire catholique Providence qui a eu un grand impact sur leur confiance linguistique. Par son engagement continu, elle n’a jamais cessé d’innover pour soutenir la communauté francophone. Faisant partie de l’équipe fondatrice des stages de leadership du conseil scolaire, elle y a contribué pendant plusieurs années. Elle a organisé, en 2019, les Conférences communautaires qui ont sensibilisé plus de 350 élèves à l’importance de l’engagement citoyen et mobilisé 25 partenaires communautaires.

Ses contributions ont été nombreuses pour développer chez les jeunes un sentiment d’appartenance à la francophonie. Elle demeure un modèle accessible d’engagement dans son milieu. Pour Carole, on ne peut pas inspirer les jeunes si on ne vit pas soi-même pleinement sa francophonie.