Congres2019-bandeau-officielIl est temps de soumettre des propositions d’ateliers en vue du 72e congrès de l’ACELF, qui a lieu à Ottawa du 3 au 5 octobre 2019. 

Ce congrès met à l’honneur l’innovation avec son thème « Nouveau monde, nouveaux horizons – Inspirer les jeunes avec des approches innovantes ». Le comité attend vos propositions d’ateliers qui toucheront à l’un des volets suivants : 

  • Innover pour accueillir, favoriser une francophonie plurielle, diversifiée, inclusive.
  • Innover pour apprendre, concevoir l’éducation autrement.
  • Innover pour engager, stimuler le leadership des jeunes, de l’école, du postsecondaire, de la communauté.

Le comité est impatient de lire vos propositions!

Consultez l’appel d’ateliers >>

 


IMG_3693-webRonald Boudreau est devenu officiellement membre honoraire de l’ACELF. Le conseil d’administration lui a décerné ce titre lors d’une cérémonie tenue le 7 décembre 2018

Acadien originaire du Nouveau-Brunswick, Ronald Boudreau a marqué la francophonie canadienne par ses multiples contributions au développement de l’ACELF et de l’éducation de langue française. L’amélioration de la vie des jeunes et la transmission d’une identité francophone sont au cœur de son engagement. « Sa fierté pour sa culture et son engagement étaient si inspirants qu’il a influencé de nombreuses personnes à contribuer à leur tour au développement de la francophonie dans leur milieu », a souligné la présidente de l’ACELF, Anne Vinet-Roy.

« Je considère cette reconnaissance importante. L’ACELF a été témoin de mon parcours personnel et de mon parcours professionnel. Elle m’a vu évoluer au fil des ans et pour moi, l’ACELF a beaucoup de signification », a témoigné Ronald Boudreau.

Biographie complète de Ronald Boudreau >>

Voyez la cérémonie diffusée en direct sur Facebook :

 

 


On-est-prets-02Au cours des prochains mois, l’ACELF va permettre à plus de 1000 jeunes provenant d’écoles francophones de tout le Canada de découvrir une autre communauté francophone au pays. Ces échanges culturels se déroulent dans le cadre des deux volets du programme Échanges francophones.

Pour ce qui est du volet voyage-échange, six groupes regroupant un total de 146 élèves ont été retenus :

  • L’école de l’Anse-au-Sable (Kelowna, Colombie-Britannique) est jumelée avec l’école Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus (Saint-Jérôme, Québec); l’école Marguerite-Bourgeoys (Caraquet, Nouveau-Brunswick) est jumelée avec l’école élémentaire La Source (Barrie, Ontario); l’Académie La Tamise (London, Ontario) jumelée avec l’école primaire Médéric-Gravel – Pavillon Au Millénaire (La Baie, Québec).

Pour ce qui est du volet cyber-échange, pas moins de 40 classes regroupant 875 élèves noueront des liens virtuels lors d’un cyber-échange. Ces groupes sont jumelés virtuellement à l’aide des outils numériques et pédagogiques de collaboration de l’École en réseau (ÉER).

Depuis le début des Échanges francophones en 1989, plus de 6100 jeunes ont vécu un voyage-échange. Depuis l’ajout en 2015 des cyber-échanges, plus de 1 000 élèves ont réalisé un échange virtuel.


insecurite-linguistique-activite

Photo : Fédération de la jeunesse canadienne-française

L’ACELF et la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF) ont récemment organisé un mini-forum sur la sécurité linguistique. Cet événement a rassemblé 20 jeunes de 14 à 25 ans provenant des quatre coins du pays, à Ottawa. L’exercice, animé par Yves Doucet, visait à jeter les bases d’une ressource traitant de sécurité linguistique qui sera « par et pour » les jeunes. Le développement de cette ressource sera encadré par un comité composé de jeunes ayant participé à l’événement et de représentant.e.s de l’ACELF, notamment Josée Poirier-Crête, membre de notre Comité d’orientation stratégique.

À Ottawa, l’ACELF était représentée par Richard Lacombe, directeur général, Caroline Boudreau, coordonnatrice de programmes, ainsi que Josée Poirier-Crête, qui est enseignante en affectation spéciale en construction identitaire au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

« L’insécurité linguistique, c’est lorsqu’on n’est pas à l’aise de s’exprimer dans sa langue maternelle ou dans la langue de son choix », rappelle Sue Duguay, présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française. L’une des participantes, originaire de la Nouvelle-Écosse et étudiante à Montréal, a très apprécié cette rencontre : « Ça fait longtemps que je n’avais pas ri comme ça! Ça m’a fait du bien d’être avec des gens qui me comprennent du premier coup parce que nous partageons une réalité commune. » Pendant ces trois jours, une vingtaine de jeunes francophones se sont rencontrés afin de discuter des grandes orientations que prendra une nouvelle ressource sur la sécurité linguistique.

La FJCF et l’ACELF font partie d’un regroupement qui met en place une Stratégie nationale pour la sécurité linguistique. Cette vaste démarche proposera à terme des pistes d’action qui pourront être mises en œuvre par différents secteurs de nos communautés afin d’accroître la sécurité linguistique des francophones du Canada.

Afin de récolter des idées et documenter les enjeux, un sondage est justement en ligne.

Vous pouvez y contribuer vous aussi :

  • complétez le sondage d’ici au 18 novembre
  • soumettez un mémoire d’ici au 19 décembre 2018
  • organisez un groupe de discussion d’ici au 31 janvier 2019