Est-ce stressant d’être francophone en milieu minoritaire?Quelles sont les raisons de vivre en français, quand tout autour de nous, ça se passe en anglais? Pourquoi affronter le stress d’appartenir à une communauté que l’on dit être « minoritaire »? Trois ados hyper-inspirants ont fait le choix de surpasser les difficultés pour mettre la langue française et la culture francophone au cœur de leur identité. Découvrez les propos de la Franco-Manitobaine Amy Gudmundson, de l’Acadienne et Néo-Écossaise Daphnée de Lamirande et du Franco-Ontarien Andrew Pennant, dans ce balado animé par les enseignants Sarah Anne et Matthieu Leroux. Les jeunes  donnent même quelques précieux conseils au personnel enseignant!

Découvrez l’article >>


SLAM - ACELFComment combattre l’insécurité linguistique auprès de nos élèves, tout en les aidant à bien s’outiller? Comment concilier leur registre de langue et celui plus « scolaire » tout en les aidant à prendre confiance en leurs capacités? À travers le récit d’une activité réalisée avec ses élèves du secondaire, présenté dans le numéro « La francophonie, un objet à redéfinir », de la revue Éducation et francophonie, l’enseignante et chercheuse Dominique Bomans présente une avenue possible : slamer!

Francosphère a rencontré des étudiantes en éducation qui souhaitaient en apprendre plus sur cette expérience pédagogique novatrice.

Découvrez ce qu’elles ont appris dans cet article >>


Photo-Atelier-CindyPour bien expliquer la construction identitaire à nos collègues, il faut lui donner vie, la mettre réellement en action. Les 8 principes directeurs de l’ACELF aident à comprendre l’étendue du rôle du personnel scolaire afin d’aider les élèves à se définir à travers la francophonie. Mais comment les présenter? Cindy Vachon, qui a occupé le poste d’enseignante en affectation spéciale en construction identitaire au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, en Ontario, nous raconte un exemple particulièrement concluant, dans Francosphère.

Découvrez l’article >>


PELF Créer les possibilités ACELFLorsque l’on est en situation minoritaire, il est tentant de se comparer à la majorité. Mais quand on y réfléchit bien, être moins nombreux, c’est aussi pouvoir ouvrir une porte sur de grandes possibilités. Il suffit d’avoir l’audace de foncer!

Dans Francosphère, découvrez comment il est possible, grâce à une capsule de la Pédagogie à l’école de langue française (PELF), d’amener les jeunes à trouver des solutions pour désamorcer leur sentiment d’insécurité et à favoriser leur bien-être en tant que francophone.

Découvrez l’article >>