Départ-Jasper

Voilà une 29e édition des Échanges francophones qui se termine dans le plaisir!

En juin, un groupe d’élèves de 6e année de l’école des Trois-Cantons de St-Isidore-de-Clifton a visité Sechelt, en Colombie-Britannique. C’était la deuxième partie de l’échange, les élèves du Québec ayant accueilli leurs jumeaux et jumelles Franco-Colombiens en avril dernier. Plus tôt cette année,  des élèves de l’école secondaire de Cabano, au Québec, sont allés à l’Île-du-Prince-Édouard voir leurs jumeaux de l’école Évangéline.

De plus, un groupe de l’école élémentaire catholique St-Jean-Baptiste d’Amherstburg en Ontario  s’est rendu à Sainte-Marie-Saint-Raphaël au Nouveau-Brunswick pour y vivre unr formidable expérience. Ils ont pu rencontrer les élèves de l’école L’Étincelle ainsi que des Franco-Albertains de l’école Desrochers de Jasper. Le menu était bien rempli : tintamarre acadien, feux d’artifice, levée des drapeaux à la mairie, pêche aux coques et au homard… et surtout de belles amitiés! Au total, pour cette édition, quelque 110 élèves ont ainsi pu s’ouvrir aux diverses réalités francophones du pays et valoriser leur langue et leur culture!

Une expérience aux multiples retombées positives

Ces voyages ont des impacts positifs indéniables et font une différence. Les élèves sortent de leur zone de confort, se font de nouveaux amis. « Ils font partie de ma famille maintenant. C’était difficile de les voir partir et j’ai vraiment adoré mon expérience », a commenté un des élèves.  Un des responsables en Ontario parle d’une expérience qui « a beaucoup développé la fierté francophone chez les jeunes. De plus, après le voyage, j’ai des élèves qui ont décidé de continuer leurs études secondaires en français. »

Éric St-Pierre, un enseignant du Québec, planifie déjà soumettre une autre candidature pour l’an prochain. Il a constaté que « le fait que le voyage s’est fait en français a permis à mes élèves d’établir des liens beaucoup plus profonds ». Certains élèves planifient déjà retourner à l’Île-du-Prince-Édouard pour leurs vacances. « Nous vivons dans une communauté uniquement francophone, mais nos enfants ont découvert qu’il y avait du français partout au pays et avec des accents vraiment différents. Je crois que ce voyage à fait grandir les enfants en maturité », a écrit un parent du Nouveau-Brunswick.

Édition 2019

Si une expérience semblable vous intéresse, les mises en candidature pour l’an prochain se font entre le 15 août et le 11 octobre. À noter : les coûts des billets pour le transport (avion, train, etc.) sont assumés par l’ACELF.

Visitez le acelf.ca/echanges pour plus d’information.

 


COF-juin18-02Le comité d’orientation de Francosphère s’est rencontré en fin de semaine afin de discuter des stratégies à mettre de l’avant afin de bonifier la plateforme, qui est en ligne depuis un peu plus d’un an.

La rencontre a donné lieu à plusieurs discussions intéressantes sur les manières d’améliorer et de faire évoluer Francosphère. C’est donc un dossier à suivre à l’adresse suivante : francosphere.acelf.ca.

L’ACELF est heureuse de pouvoir compter sur des gens de qualité venant de partout au Canada.

Ce comité est composé des personnes suivantes :

  • Yves Doucet (président du comité), agent en amélioration continue au District scolaire francophone Sud, Nouveau-Brunswick
  • Samuel Blanchard, doctorant en éducation à l’Université de Moncton
  • Jean-François Dion, conseiller pédagogique en construction identitaire au Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien
  • Monique Lachance, conseillère pédagogique à la Commission scolaire de la Capitale
  • Rémi Lemoine, directeur à la Division scolaire franco-manitobaine
  • Audrey Miller, directrice générale de L’École branchée
  • Richard Lacombe, directeur général de l’ACELF
  • Caroline Boudreau, coordonnatrice de programmes à l’ACELF
  • Étienne Ferron-Forget, infomestre à l’ACELF

 


Le numéro du printemps de la revue Éducation et francophonie s’intéresse au leadership en éducation et à la gouvernance des systèmes éducatfis. C’est Guy Pelletier de l’Université de Sherbrooke qui en est le rédacteur invité.

« La notion de leadership est très riche et mérite d’être redécouverte », souligne M. Pelletier, qui est aussi coordonnateur du Diplôme de 3e cycle en gestion de l’éducation et de la formation à l’Université.

Le numéro, intitulé « Le leadership éducatif et la gouvernance des systèmes éducatifs : un regard pluriel », comprend une dizaine de textes de chercheurs du Canada, de la France et de la Suisse.

Accédez au numéro complet >>


Francosphere_logoVous souhaitez rencontrer des gens passionnés de francophonie? Participez au congrès 2018 de l’ACELF!

L’événement, plus grand rassemblement multiréseau du milieu de l’éducation francophone au Canada, a lieu du 27 au 29 septembre, à Moncton, Nouveau-Brunswick, sous le thème « Unissons nos forces – Pour notre langue, notre culture, notre diversité ».

Ce thème met particulièrement en valeur la culture de la collaboration et le développement des compétences. De plus en plus, nos écoles favorisent les partenariats entre l’école, la famille et la communauté, notamment lorsqu’il s’agit de favoriser la construction identitaire francophone des jeunes.

Ce congrès 2018, c’est :

  • 28 ateliers touchant l’insécurité linguistique, la culture dans le numérique et la diversité
  • un endroit de réseautage pancanadien avec des mordus de construction identitaire
  • des échanges, des discussions et des débats avec 50 jeunes
  • 40 exposants sur place