Logo ACELF Bande Revue Education et francophonie
Les bibliothèques à l'ère électronique dans le monde de l'éducation, Volume XXVI   Numéro 1,   automne-hiver 1998.

Des bibliothèques traditionnelles aux bibliothèques virtuelles - L'évolution des bibliothèques dans l'enseignement secondaire et dans l'enseignement supérieur


Éric SUTTER, Consultant
Bureau van Dijk, Paris

Table des matières


Résumé

Du fait que le document joue un rôle essentiel dans l'acquisition des connaissances, les bibliothèques scolaires ou universitaires font partie intégrante du «système» pédagogique. Elles assurent de fait plusieurs fonctions essentielles dans le cadre des établissements, fonctions qui varient avec le niveau d'enseignement mais qu'il convient désormais d'examiner à la lumière des possibilités offertes par les technologies de l'information et de la communication. Non seulement le fonds documentaire se trouve considérablement élargi du fait de l'accès à distance, mais de nouvelles approches du document vont être possibles. Le développement des bibliothèques virtuelles sous ses différentes formes risque de faire disparaître le lieu physique et de remettre en cause non pas l'existence des bibliothécaires mais leur façon d'accomplir leur métier. La part consacrée à la médiation va se développer. Une place plus grande devrait leur être confiée au sein de l'équipe pédagogique à condition toutefois qu'un certain nombre d'obstacles soient levés. Accompagner les apprenantes et les apprenants dans la maîtrise de l'information et les préparer à la «société de la connaissance» va être un axe fort de leur métier. Il est donc urgent que les bibliothécaires, responsables d'établissement et les enseignantes et les enseignants se rencontrent pour étudier la nouvelle configuration de l'école de demain, déterminer les nouvelles complémentarités et les nouvelles compétences à mettre en oeuvre.

Abstract

From Traditional to Virtual Technologies:
The Changing Role of Libraries in Secondary and Post-secondary Education

Because documentation plays an essential role in the acquisition of learning, school and university libraries form an integral part of the instructional framework. They perform many necessary functions in schools, according to the teaching level. It is appropriate to examine those functions in light of the possibilities presented by information and communication technologies. Not only do these technologies considerably enlarge the documentation base - students can access information from any distance - but new approaches to documentation are also possible. The development of virtual libraries under its different forms will quite possibly lead to the disappearance of libraries as we know them, and force reappraisal, not of the existence of librarians, but of their ways of carrying out their work. Reference tasks will change. Also, a greater role as part of the teaching team should be assigned to librarians on condition that a number of obstacles are removed. Helping learners to control information and preparing them for the "knowledge society" will be a major focus of librarians' work. It is thus imperative that together with administrators and teachers they study the shape of the school of the future to determine the new complementary structures and information management skills to implement.

Resumen

De las bibliotecas tradicionales a las bibliotecas virtuales.
La evolución de las bibliotecas en la educación secundaria y superior

Debido al hecho de que los documentos juegan un rol esencial en la adquisición de conocimientos, las bibliotecas escolares o universitarias forman parte integrante del «sistema» pedagogico. Estas realizan funciones esenciales para dichos establecimientos, funciones que varían según el nivel de enseñanza pero que conviene analizar a la luz de las posibilidades que nos ofrece la tecnología de la información y de la comunicación. El tele-acceso no sólo facilita la accesibilidad a los fondos documentales, sino que tambien provoca el surgimiento de nuevas maneras de tratar los documentos. El desarrollo de bibliotecas virtuales de diversos tipos puede provocar la eliminación de los lugares físicos y poner en juego no la existencia de bibliotecas sino su manera de funcionar. Los equipos pedagógicos deberán otorgarle un lugar más importante a la mediación, ya que ésta conocerá un buen desarrollo, a condición de que un cierto número de obstáculos desaparezcan. Acompañar a los educandos en el manejo y control de la información y perpararlos para la «sociedad del conocimiento» se convertirá en uno de los pilares de dichos equipos. Es pues urgente que los bibliotecarios, los responsables de las instituciones y los maestros y maestras se reunan para estudiar la nueva configuración de la escuela del futuro, determinar las nuevas complementaridades y compentencias que será necesario desarrollar.


La bibliothèque dans le système éducatif

Qu'il s'agisse d'enseignement traditionnel au niveau secondaire ou supérieur ou qu'il s'agisse d'enseignement à distance, l'acquisition des connaissances par une apprenante ou un apprenant s'effectue schématiquement selon trois voies complémentaires :

La proportion relative entre ces trois voies est naturellement fonction, entre autres, de la discipline enseignée, des possibilités techniques ou financières offertes par l'institution, de la démarche pédagogique adoptée par l'enseignante ou l'enseignant.

Au niveau du collège secondaire, la ressource documentaire, pour l'élève, est l'occasion de découverte, d'ouverture au monde extérieur; le document permet d'enrichir les activités scolaires mais aussi périphériques (club scientifique). Dans les classes de lycée, l'usage des ressources par les élèves est davantage fonctionnel. Le document aide à réaliser un devoir, à préparer l'examen. Cet aspect est renforcé au niveau de l'enseignement supérieur. Il devient matériau d'étude puis matériau d'appui à la recherche.

Du fait du rôle joué par les documents dans le processus d'acquisition des connaissances (s'informer ou se documenter, c'est mettre en oeuvre un processus cognitif pour atteindre un but), la bibliothèque, sous une forme ou une autre, fait partie du «système» d'enseignement (au sens de l'analyse systémique).

Rappelons ici brièvement les principales caractéristiques d'une «bibliothèque» traditionnelle à vocation académique :

L'objectif premier cependant est de rendre accessibles facilement (par la proximité physique) les documents nécessaires au parcours pédagogique.

La bibliothèque scolaire ou universitaire assure, peu ou prou, par l'activité de son personnel, au moins quatre fonctions (assurées ou non au sein d'une même entité) :

Les grands établissements se sont dotés depuis longtemps de bibliothèques. Cependant, le développement quantitatif des établissements d'enseignement depuis le siècle dernier n'a pas toujours été suivi d'un développement équivalent des bibliothèques scolaires. On constate que la fonction existe, mais parfois sous une forme rudimentaire ou substituée. Cela peut prendre la forme d'une armoire dans une classe ou dans un laboratoire (avec dictionnaires, encyclopédies, oeuvres littéraires...), d'une bibliothèque d'école (appelée aussi centre de ressources, centre de documentation ou d'information...) ou d'une bibliothèque inter-établissements (bibliothèque universitaire dans un campus, par exemple), ou usage de bibliothèques publiques de proximité.

Cette place au sein même du dispositif d'acquisition des connaissances paraît maintenant évidente mais, jusqu'à une date récente, elle n'a pas toujours été reconnue par l'institution scolaire dans nombre de pays. Par exemple, en France, ce n'est que depuis 1989 que les écoles d'enseignement secondaire sont tenues de disposer sur place d'une bibliothèque/centre de documentation.


L'élargissement du fonds documentaire grâce à l'électronique

Les bibliothèques scolaires ou les bibliothèques publiques de proximité ont nécessairement un fonds limité en nombre de titres de documents et en nombre d'exemplaires. Or, la production documentaire est de plus en plus prolifique. Par ailleurs, les filières de formation se diversifient ou s'ouvrent de plus en plus au monde extérieur d'où le souhait d'accéder à des documents ne figurant pas dans le fonds local. Ceci a conduit au développement des prêts inter-bibliothèques puis, avec l'arrivée de la télé-informatique, à la constitution de banques de données textuelles (qui est une forme de numérisation et de virtualité en vigueur depuis près de vingt ans...).

Certains types de documents (documents anciens, plans d'architecture, dessins d'artiste...) n'existent qu'en nombre insignifiant d'exemplaires, sinon unique et, en conséquence, ne sont consultables que dans une seule bibliothèque dans un pays donné ou au monde. La numérisation de ces fonds permet enfin de les rendre accessibles depuis n'importe quel établissement d'enseignement sans que les enseignantes ou les enseignants ou les apprenantes ou les apprenants aient besoin de se déplacer. On pourrait en dire autant de la reproduction photographique des oeuvres de musée et, plus généralement, des banques d'images ou des documents d'archives.

L'édition électronique permet désormais d'offrir un contenu en ligne sans passer obligatoirement par la diffusion du support papier. De plus en plus de «revues électroniques» sont consultables sur le réseau au même titre que des documents numérisés à partir du papier (la présente revue en est une illustration!). Il y a également toute la production directe des internautes... Compte tenu de la prolifération des micro-ordinateurs chez les «rédacteurs» de documents, le fonds documentaire électronique ne peut que croître rapidement.

L'électronique permet (ou permettra dans quelques années) à la plus petite école isolée d'accéder à (l'un quelconque) de ces documents à travers cette bibliothèque virtuelle mondiale en cours de constitution. Il en est de même pour une apprenante ou un apprenant qui ne peut fréquenter un établissement (du fait d'un domicile éloigné géographiquement d'un lieu de formation, de la maladie...) et pour des apprenantes ou des apprenants qui appartiennent à une communauté expatriée.

Le fait est qu'il est désormais possible à tout un chacun d'accéder à de vastes ressources documentaires à travers les réseaux de télécommunications :

Théoriquement, tout cela représente déjà quelques milliards de pages consultables en ligne depuis les établissements d'enseignement, les bibliothèques publiques ou le domicile (sous réserve d'être équipé et de payer certains accès...!). Et ce volume va s'accroître rapidement. À noter, au passage, un net déséquilibre du point de vue linguistique, puisque le nombre de pages en langue française ne dépasse pas, actuellement, 4 à 5 % de l'offre en ligne, ce qui mérite réflexion sur le caractère «universel» de cette offre...

Pour l'instant, ce fonds virtuel mondial coexiste avec le fonds papier local et ne remet pas en cause l'existence du lieu «bibliothèque». Ce n'est qu'une extension facultative. Nous verrons que ce n'est peut-être que temporaire...

Du côté de la pédagogie, cet élargissement du fonds documentaire ouvre de nouvelles possibilités aux enseignantes et aux enseignants non seulement pour «illustrer» leur propos mais également pour transmettre de nouveaux savoirs. Plutôt que de faire référence, par exemple, à l'éternelle enluminure qu'on retrouve dans tous les manuels scolaires depuis des années, il est maintenant possible d'exploiter de nouvelles images et de bâtir un cours d'histoire de l'art à travers la comparaison d'une série d'enluminures conservées dans diverses bibliothèques à travers le monde. L'accès à des documents autrement réservés à de rares chercheurs car fragiles et difficilement duplicables va constituer un réel progrès (plus que le microfilm d'autrefois).


Vers de nouveaux documents et de nouveaux usages

L'informatique permet plus qu'un simple affichage sur écran d'un document conçu pour une publication sur papier, même si pour l'instant on a privilégié cette fonctionnalité. Elle permet de réunir, sur un même support de stockage et de consultation, des médias jusqu'alors séparés (texte, photographie, son, image animée...). C'est tout le domaine du multimédia et ses potentialités pour concevoir des documents didactiques par exemple.

De nouveaux types de documents vont donc apparaître (revues électroniques avec des insertions vidéo et des commentaires audio, par exemple, ou encore des hyperfictions).

Des logiciels déjà en usage dans le monde professionnel pour la production coopérative de documents entreront inévitablement dans l'univers éducatif. Mais la disponibilité électronique des documents permet aussi, à l'enseignante ou à l'enseignant ou à l'apprenante ou l'apprenant de «travailler» sur chaque composante (texte, image, son...) d'un document numérisé, d'extraire l'une ou l'autre composante à partir de plusieurs documents ou à partir de banques de textes, d'images ou de sons et de recomposer sur mesure un document adapté à une situation d'apprentissage ou d'enrichir une «bibliothèque virtuelle personnelle».

Outre une lecture assistée par logiciel, l'usage d'analyseurs de textes et la prise de connaissance de commentaires savants associés au livre, le traitement électronique des collections de documents numérisés va permettre aussi de nouvelles «approches» des connaissances : possibilité par exemple, à l'aide de logiciels spécifiques, de dresser de véritables «cartographies» des connaissances (comme cela existe déjà pour l'étude des technologies émergentes à travers l'analyse quantitative des brevets ou pour la scientométrie). Nous n'en sommes aujourd'hui qu'au balbutiement d'une nouvelle «documentation» à usage pédagogique.

On imagine également la possibilité, du fait de la disponibilité des ressources documentaires sous forme électronique, d'associer à ce fonds documentaire virtuel des logiciels d'aide à la traduction (pour accéder à des documents en langue non connue de l'enseignante ou de l'enseignant ou de l'apprenante et de l'apprenant) ou des logiciels de restitution vocale (pour les apprenantes et les apprenants non-voyants).


La bibliothèque virtuelle

Les télécommunications permettent l'accès à distance. Ainsi, le document n'a plus besoin d'être localisé physiquement et dupliqué en autant d'exemplaires que d'acheteurs ou de lecteurs. Il peut être lu au même moment en plusieurs endroits; il suffit qu'il existe en un exemplaire sur le réseau mondial et qu'il soit repérable. La bibliothèque devient virtuelle.

La bibliothèque virtuelle peut être mondiale, mais les techniques autorisent la constitution de sous-ensembles à différents niveaux par simple «marquage» ou par déchargement d'une copie sur une machine locale. Ainsi peut-on envisager des «bibliothèques virtuelles» disciplinaires ou pluridisciplinaires mais pour un niveau d'enseignement donné ou encore pour un établissement ou une classe ou même pour un individu. Une «bibliothèque virtuelle personnelle» peut être constituée par l'apprenante ou l'apprenant pour ses besoins propres, les documents sélectionnés étant complétés par des annotations personnelles ou par des liens avec les supports pédagogiques ou des outils multimédias mis à sa disposition par l'enseignante ou l'enseignant. Ceci peut être associé au concept de «cartable électronique» développé, par exemple, dans le cadre du lycée professionnel Charles de Gaulle à Muret, en France.

Corrado Pettenati définit ainsi la bibliothèque virtuelle : «concept organisationnel basé sur l'alliance de l'informatisation de la bibliothèque, de l'accès aux télécommunications et d'une nouvelle gamme d'outils directement utilisables par le lecteur le dispensant de recourir à un intermédiaire humain» (Pettenati, 1996). On peut trouver bien d'autres définitions au concept de bibliothèque virtuelle, mais l'offre prend corps; les collections de documents consultables sur le réseau vont être accompagnées de plus en plus d'outils et de services qui rendront caduque la bibliothèque traditionnelle. Quelques-unes de ces dernières, d'ailleurs, disparaissent de certains campus universitaires... comme se développent, parallèlement, l'enseignement à distance et les campus virtuels.

Dans le cas où l'apprenante et l'apprenant n'ont plus à se déplacer pour suivre un enseignement, pourquoi devraient-ils se déplacer pour consulter un document qui leur serait utile. Le besoin d'accès au document demeure mais il est satisfait autrement grâce à l'électronique et au réseau de télécommunication... (et aux outils de recherche documentaire disponibles sur le réseau, ne l'oublions pas !).


Quelle place pour les bibliothécaires documentalistes?

Plus de traitement documentaire (il sera fait à la source), plus de fonds documentaire, plus de lieu physique... donc plus de bibliothécaires... C'est aller un peu vite dans le raisonnement! Si au niveau de l'enseignement supérieur, il est envisageable dans les prochaines années de voir chaque étudiant doté d'un micro-ordinateur connecté au réseau, il est difficilement imaginable avant plusieurs années que chaque élève du primaire ou du secondaire (compte tenu des disparités de situation financière) soit équipé d'une machine personnelle. Combien même le serait-il, l'enseignement en présence physique de l'enseignant restera majoritaire par rapport à l'enseignement à distance et à l'école virtuelle.

Si les ressources documentaires virtuelles vont se développer considérablement, il n'en demeure pas moins qu'une part des fonds papier ne seront pas numérisés de sitôt du fait, d'une part, des coûts disproportionnés par rapport à leur valeur d'usage et, d'autre part, qu'un ouvrage littéraire sur support papier se lit bien plus facilement que sur un écran. Shakespeare, Victor Hugo ou Dickens continueront à être lus avec plaisir par nombre d'étudiants et d'étudiantes dans les versions en «livre de poche», sur le quai d'une gare ou à demi-allongés sur leur lit (même si, parallèlement, une version électronique permet d'effectuer sur le texte certains exercices). La vente et le prêt d'ouvrage papier demeureront nécessaires. L'accès aux connaissances contenues dans les documents sera mixte encore pendant de nombreuses années.

Autre problème qui n'est pas encore bien résolu dans cette vaste «bibliothèque virtuelle mondiale», c'est la sélection des informations. Élargir le fonds documentaire est une bonne chose, mais encombrer l'usager est néfaste. Les outils actuels de recherche d'information ne permettent pas automatiquement de prendre en compte la situation cognitive de l'apprenante ou de l'apprenant et l'exploitation qu'il veut ou peut faire de l'information fournie : simple découverte d'un sujet complètement nouveau pour lui, confirmation d'un savoir élémentaire, approfondissement à son niveau, exploration-découverte pour faire le point, étude de haut niveau... Les besoins d'un élève en première année du secondaire ne sont pas les mêmes que ceux d'un étudiant en cycle universitaire avancé. Le réseau, pour l'instant, fournit du vrac par rapport à un sujet, si étroit soit-il. Les outils jusqu'alors développés pour la caractérisation des contenus ne rendent pas un service «sur-mesure» comme peut le rendre une médiation humaine en matière de fourniture du «juste adapté» à l'usager (la nouveauté, c'est que les bibliothécaires peuvent rendre ce service à distance).

La multiplication des sites Web d'orientation thématique montre bien la permanence d'une fonction de sélection. Même sous forme virtuelle, des «catalogues raisonnés», ou leur équivalent fonctionnel, sont ou seront utiles.

La bibliothèque en tant que lieu physique, qu'elle soit au sein de l'établissement ou qu'elle soit à l'extérieur, remplit des fonctions connexes qu'il convient de prendre en compte avant sa substitution par une bibliothèque virtuelle : si elle est lieu d'accès aux ressources et lieu d'apprentissage à cet accès, elle est aussi lieu de lecture et de travail (ne serait-ce pour ceux qui ne peuvent disposer à domicile de conditions favorables). Ce qui va changer, ce sera peut-être l'infrastructure : un développement de lieux de proximité au détriment de grandes bibliothèques centrales et des magasins. Une bibliothèque de quartier, non contrainte comme autrefois de spécialiser son fonds d'ouvrages pour des questions de place et de personnel, sera en mesure de servir des besoins d'accès plus étendus exprimés par la population locale (qui comprendra des apprenantes et des apprenants d'âges et de niveaux variés). Elle jouera un rôle d'accompagnement. De gestionnaires de documents, les bibliothécaires deviendront offreurs de services.

À mon avis, le grand changement apporté par l'existence de bibliothèques électroniques réside dans la dissociation spatiale et temporelle entre le fonds documentaire et les bibliothécaires. Comme les professionnels, les bibliothécaires devront apprendre à travailler avec des ressources à distance. Leur rôle technique (de gestionnaire de documents) va diminuer au profit d'un rôle de médiation. Certaines des fonctions que nous avons évoquées plus haut ne vont pas disparaître mais vont être, au contraire, renforcées avec le développement des bibliothèques virtuelles.

Les bibliothèques vont devoir développer chez l'élève tout au long de son cursus scolaire, des compétences et des savoirs qui le rendront capable d'analyser et de résoudre des problèmes d'information, d'analyser son besoin, d'identifier et de construire des démarches de recherche, d'adapter une stratégie à un questionnement tout en choisissant la source la plus pertinente, de développer un regard critique sur l'offre documentaire virtuelle, de construire sa «base de connaissances» personnelle (ses notes de cours enrichies d'éléments d'information extraits des documents électroniques qu'il aura consultés). Dans leur nouveau rôle de médiateurs, les bibliothécaires (qui pourraient s'appeler «méthodologues») devront décloisonner les disciplines, donner une vision globale du savoir, aider l'élève à devenir autonome face aux ressources documentaires multiples et à passer de l'information à la connaissance; bref, de lui apprendre à découvrir, apprendre à apprendre et apprendre à créer (Michel,1989), démarches essentielles, nous l'avons vu plus haut, pour le préparer à la vie professionnelle et à la «société apprenante».

Vis-à-vis des enseignantes et des enseignants, compte tenu de l'explosion de l'offre électronique en supports de connaissances et en outils pédagogiques de toute sorte, l'intermédiation des «nouveaux bibliothécaires» restera nécessaire pour repérer les nouveautés et leur offrir un service de veille. Les bibliothécaires auront aussi à capitaliser la production locale de l'établissement d'enseignement (la traiter, la mettre sur le réseau, la retirer en cas d'obsolescence, l'archiver...) et coordonner, par exemple, l'évolution de l'intranet local.

Les bibliothécaires, devenus documentalistes ou spécialistes de l'information, voire enseignants méthodologues, ne manqueront donc pas de travail avec les bibliothèques virtuelles.


Une nécessaire coopération

Est-ce dire que la numérisation des fonds documentaires va s'accompagner d'un usage accru des ressources documentaires dans le monde de l'éducation? Dans un rapport récent que j'ai été amené à rédiger pour le parlement européen (Sutter, 1998), j'ai indiqué que plusieurs conditions devront être réunies pour voir un usage significatif des ressources documentaires virtuelles dans l'enseignement :

La généralisation prendra encore quelques années pour les établissements francophones. Des obstacles divers doivent en effet être franchis. Je n'en citerai qu'un : l'insuffisante communication entre l'univers des bibliothécaires documentalistes et celui des enseignantes et des enseignants (du moins dans un certain nombre d'établissements, notamment universitaires).

La plupart des travaux menés sur le thème des nouvelles technologies dans l'éducation (cités dans les rapports ou évoqués lors des Netd@ys) porte sur des aspects technologiques (didacticiels), la production d'outils pédagogiques multimédia, la production par les élèves, les techniques d'apprentissage ou de communication, les réseaux inter établissements, l'évaluation électronique des connaissances. Très peu évoquent de façon explicite l'intégration de «l'accès à des ressources documentaires» dans la pratique pédagogique des enseignantes et des enseignants dans le processus d'apprentissage des élèves.

Il est donc urgent que les professionnels du «document» et de «l'information», les enseignantes et les enseignants et les responsables éducatifs se rencontrent pour apprécier les enjeux, étudier ensemble la nouvelle configuration de l'école de demain, déterminer les nouvelles complémentarités et les nouvelles compétences permettant d'aborder l'enseignement dans le contexte de la «Société de l'information».


Bibliographie


PETTENATI, Corrado
«Bibliothèques virtuelles, bibliothèques numériques, dans la recherche d'information sur les réseaux.»  Internet : pour en savoir plus. Cours INRIA, 30 septembre - 4 octobre 1996, Tégastel. Paris : ADBS, 1996.

MICHEL, Jean
«Former aux heuristiques de l'information», Documentaliste-Sciences de l'information, vol. 26, no 4-5, juillet-octobre 1989.

SUTTER, Éric
Bibliothèques virtuelles et éducation. Étude d'impact à échéance 2005.- Bruxelles : avril 1998 (Étude réalisée pour le Parlement Européen).

De nombreux ouvrages, articles ou communications de congrès ont été publiés ces derniers temps sur l'usage des technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement. Je voudrais, parmi ceux-ci, citer ceux qui m'ont particulièrement inspiré :

CRINON, Jacques et GAUTELLIER, Christian (sous la dir. de)
Apprendre avec le multimédia. Où en est-on? Paris : Retz, 1997, 220 pages.

DURPAIRE, Jean-louis
Internet à l'école. Poitiers : CRDP, 1997.

MICHEL, Jean
«L'information au coeur de la transformation des systèmes de formation. Le cas des écoles d'ingénieur», Transinfo 1996, Actes du colloque, Paris : ADBS, 1997.

Logo ACELF
Association canadienne d'éducation de langue française (ACELF)
265, rue de la Couronne, bureau 303 Québec (Québec) Canada G1K 6E1
Téléphone:  (418) 681-4661 - Télécopieur:  (418) 681-3389
Site Internet:  http://www.acelf.ca/c/revue/
© Copyright ACELF, Québec 1998.